Parcourez notre guide en déroulant notre menu

  •   Garde d'enfants : les modes et solutions
    •   Le baby sitting
      • Déclarer sa baby sitter
      • Le contrat de la babysitter
      • Garder ses enfants pendant les vacances
      • Babysitting pour le soir
      • Une babysitter pour le réveillon
      • Une babysitter pour un mariage
      •   Trouver une babysitter
        • Choisir un babysitter étranger
        • Un étudiant comme babysitter
        • Choisir un homme baby sitter
      • Le coût d'une babysitter
      • Devenir baby sitter
    •   La nounou à domicile
      • Trouver une nounou
      •   Le contrat d'une nounou
        •   Gérer la fin de contrat de la nounou
          • Gérer la rupture de contrat de la nounou
          • La rupture conventionnelle avec la nounou
      • Devenir nourrice agréée
      •   La garde périscolaire
        • La garde du mercredi ou du samedi
        • Gérer les vacances scolaires
        • La nounou de nuit
      • Rémunération d’une nounou
Illustration de l'article Tarif baby sitting : quel coût pour votre nounou ?

Vous souhaitez faire garder vos enfants, mais le tarif d’une baby sitter reste pour vous, difficile à évaluer.

En effet, son montant varie selon différents indicateurs ; nombre d’enfants à garder, services demandés, horaires, qualification de la garde d’enfant, position géographique, taux horaire du SMIC en vigueur, salaire minimum requis par la Convention collective nationale des salariés du particulier employeur ou encore prix du marché.

Pour tout savoir avant de choisir votre prochaine nounou, Aladom vous donne une idée des tarifs de baby sitting pratiqués à Paris, en général à travers la France et selon votre situation.

Quels sont les tarifs d’une baby sitter ?

En 2019, le tarif horaire moyen pratiqué pour une heure de garde d’enfant à domicile se situe entre 8 et 12 €. À noter que celui-ci ne peut pas être inférieur à 10,03 €, soit 7,79 € net. Ce plafond minimum correspond à celui du SMIC en vigueur.

Mais le salaire de baby-sitter est d’abord régi par les dispositions de la Convention collective nationale des salariés du particulier employeur. Celle-ci prend en compte la classification et l’âge :

  • niveau 1, baby-sitter, 10,13 € brut/heure : surveiller occasionnellement un ou plusieurs enfants de plus de 3 ans,
  • niveau 2, garde d’enfants, 10,20 € brut/heure : garder un ou plusieurs enfants avant ou après 3 ans, entretenir les espaces de vie de l’enfant, aider aux devoirs,
  • niveau 3, garde d’enfants, 10,40 € brut/heure : mêmes dispositions que le niveau 2 ajoutées de l’entretien du linge,
  • moins de 17 ans : abattement sur salaire 20 %,
  • de 17 à 18 ans : abattement sur salaire 10 %

À noter qu’une certification professionnelle de la branche des salariés du particulier employeur inscrite au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles) peut entraîner une valorisation supplémentaire du salaire horaire.

Mais, au-delà du taux horaire minimum pour du baby sitting déclaré, les prix varient énormément. Les demandes des parents pour le poste (ramener les enfants de l’école, les aider aux devoirs, le coucher, etc.) ou la prise en compte d’avantages en nature tels que le repas compris ou le transport offert peuvent les faire évoluer.

Sur ce point, la convention collective prévoit une valorisation de 4,70 € par repas et de 71 € par logement mis à disposition (si la babysitter dort chez son employeur.) L’URSSAF applique quant à elle, une valeur forfaitaire de 4,85 € par repas et de 70,10 € par pièce. Montant qui évolue en fonction du salaire de la baby-sitter.

Les parents employeurs peuvent aussi faire la distinction entre heures de travail effectif et heures de travail responsable. Les premières, pendant les temps d’éveil de l’enfant sont rémunérées à taux plein, tandis que les secondes, pendant que l’enfant dort, ne sont rémunérées qu’aux 2/3.

La baby-sitter peut enfin être employée par une agence, ce qui évite à la famille les contraintes de l’embauche.

Le cas des agences

Ces agences, généralement sur internet, présentent différents avantages tels que l’assurance d’une nounou qualifiée et sûre, une plus grande disponibilité des intervenants, des services variés, une facturation à l’heure ou au forfait et l’absence de démarches administratives.

Leur coût est cependant plus élevé puisqu’il faut compter en moyenne 8 à 10 € de l’heure pour la baby-sitter ajoutés de 8 à 12 € de frais pour l’agence. Le coût final pour les parents s’établit donc autour de 16 à 22 € de l’heure.

Particularités par région

Si le coût moyen d’une baby-sitter en France est compris entre 8 et 12 €, de grandes différences existent, essentiellement en fonction du lieu d’habitation.

Parce que le nombre de familles est plus important, il est courant que les tarifs en ville soient plus élevés et même qu’ils augmentent en même temps que la taille de la métropole. Le prix d’un baby sitting peut aussi être différent d’un quartier à l’autre.

De façon générale, on observe les tarifs les plus hauts dans le sud-est de la France et en région parisienne avec en moyenne, plus de 9 à 10 € de l’heure. Les Pays de la Loire et les Hauts de France se trouvent de l’autre côté de la fourchette avec un taux horaire plus proche des 7 à 8 €.

Comment calculer le nombre d’heures et le tarif horaire le plus juste ?

En fonction du taux horaire et du nombre d’heures de garde réparties entre heures de travail effectif et heures de présence responsable, il est possible de calculer précisément le coût hebdomadaire ou mensuel, d’un babysitting.

Le taux horaire choisi sera le plus avantageux entre ; montant du SMIC à l’heure, taux horaire lié à la convention et prix appliqué par la nounou s’il convient aux parents. L’âge de la baby-sitter et les tarifs pratiqués par les autres nounous de la ville comptent aussi. Le coût des trajets ou de certains avantages en nature comme les repas peuvent également être ajoutés ou retirés.

Le parent employeur doit enfin penser à ajouter ses charges patronales, à hauteur de 41 % environ du salaire brut versé chaque mois.

Exemple : Si votre baby-sitter intervient 14 heures par semaine (soit 56 heures par mois) payées 11 € brut de l’heure, son salaire mensuel brut est de 616 € (auquel il faut retirer 23 % de cotisations sociales). Cependant, l’employeur doit lui y ajouter 41 % de charges patronales, soit un total à payer de 868 €.

Si votre baby-sitter intervient régulièrement, il est envisageable de lui proposer une facturation au forfait, plus simple pour le décompte et le règlement des heures en fin de mois.

Un prix calculé à l’heure ou au forfait ?

Vous pouvez donc facturer vos temps de baby-sitting à l’heure ou au forfait. Mais comment choisir ?

Si la babysitter intervient de façon ponctuelle à votre domicile, deux heures le lundi, une heure le mardi, cinq heures le mercredi… et que son emploi du temps change régulièrement, la facturation à l’heure est plus adaptée. Il vous suffit de multiplier le nombre d’heures (de travail effectif et de présence) par le taux horaire convenu à la signature du contrat de votre nourrice.

Deux cas précis favorisent à l’inverse, la mise en place d’un forfait.

  • Vous embauchez une baby-sitter pour une semaine (ou plusieurs) durant les vacances scolaires. Établir un calendrier des heures de travail effectif et de présence, mais aussi des heures de repos, vous permet de proposer un forfait hebdomadaire ou au mois, à votre employée.
  • Vous avez besoin que votre baby-sitter passe la nuit chez vous pour garder vos enfants. C’est par exemple le cas d’un baby-sitting pour le réveillon de la Saint-Sylvestre. Dans ce cas, établir un forfait à l’avance peut être intéressant dans la mesure ou la nounou passera une partie de sa garde, endormie.

Les tarifs spéciaux

En dehors de la différence entre heures de travail effectif et heures de travail responsable, il n’existe pas majoration du taux horaire pour la baby-sitter. Pourtant dans certains cas, l’application de tarifs spéciaux est justifiée.

Prix d’un Baby sitting en soirée ou de nuit

Dans le cas d’un babysitting de soirée ou de nuit, la nounou peut légitimement demander à être mieux payée. Dans le cas d’enfants plus jeunes — une distinction est souvent faite entre les moins de 3 ans et les plus de 3 ans — une majoration peut être appliquée de l’ordre 1 à 3 € par heure et par enfant.

Cependant, une fois les enfants endormis, les parents sont en droit de décompter des heures de présence responsable, à la place des heures de travail effectif. Celles-ci sont rémunérées au 2/3 du coût d’une heure normale.

Aussi, il n’est pas inhabituel d’établir un forfait qui comprenne quelques heures à taux plein avant le coucher de l’enfant et plusieurs heures de travail présentiel pendant que l’enfant dort, soit par exemple 2 heures de travail effectif à 11 € entre 19 et 21 h + 6 heures responsables à 7,3 € entre 21 h et 2 h du matin, pour un total de 66 € net.

Prix d’un baby sitting pour un mariage

Le baby-sitting de mariage est souvent recherché afin que les parents puissent célébrer l’événement tranquillement. Or, le nombre d’enfants à garder peut être élevé et le mariage se dérouler loin des agglomérations. Les rémunérations demandées sont alors de l’ordre de 10 à 15 € de l’heure pour 8 à 10 bambins.

Dans ce cas, offrir le repas et le transport n’a d’ailleurs rien d’exceptionnel. Pour anticiper ces frais et les intégrer à vos dépenses globales, calculez le coût d’une baby-sitter en demandant gratuitement un devis.

Quelles sont les aides financières pour le baby sitting ?

Toute mission de baby-sitting déclarée permet au parent employeur de bénéficier d’aides financières pour la rémunération de sa nounou.

Aides de la CAF

Des aides de la CAF peuvent réduire le coût d’une garde d’enfants, en particulier quand il s’agit d’une prestation régulière comme la garde périscolaire.

Le complément de libre choix du mode de garde (CMG) de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) offre sous conditions, une prise en charge partielle de la rémunération, des cotisations et contributions sociales de la salariée. Son montant varie en fonction des ressources, du nombre d’enfants et de leur âge, avec un minimum de 15 % de la dépense restant à charge. Son versement passe quant à lui par un service de l’URSSAF, baptisé Pajemploi.

Si vous le souhaitez, le service en ligne Pajemeploi + peut gérer toutes vos démarches mensuelles :

  • déclaration du salaire versé à l’employé,
  • prélèvement sur votre compte bancaire du salaire de l’employé et du montant des cotisations restant à charge après déduction du montant de la CMG,
  • versement du salaire net sur le compte bancaire du salarié.

Si vous n’adhérez pas à Pajemploi+, il vous faut déclarer et rémunérer chaque mois la garde d’enfant à domicile. Vous utilisez pour cela le mode de paiement de votre choix : virement, chèque, titre CESU préfinancé…

Réduction d’impôts grâce au CESU à et Pajemploi

Pour les familles dont les babysitters sont payées en CESU (chèque emploi service universel) ou via Pajemploi, il est possible de récupérer 50 % du montant total dépensé chaque année, en réduction ou crédit d’impôt que le foyer soit imposable ou non.

La déduction maximum est de 1150 € par enfant (50 % de 2300 €) et donc de 575 € maximum pour un enfant en garde partagée (50 % de 1500 €) dans le cadre de la PAJE.

De son côté le CESU permet de simplifier les déclarations pour le parent employeur. Il offre lui aussi un avantage fiscal à hauteur de 50 % des dépenses réalisées dans l’année dans la limite de 12 000 €, soit un avantage fiscal maximum de 6 000 € par an. En fonction de la situation du foyer (nombre d’enfants à charge, handicap…) le plafond peut être majoré.

En résumé

💶 Quel est le tarif moyen d’une baby sitter ?

Le tarif moyen d’une baby-sitter dépend de plusieurs critères comme les conditions de garde, le nombre d’enfants à charge et l’expérience de la nounou, mais aussi la situation géographique, la date et des heures de garde.

📝 Comment calculer le tarif horaire ?

Le tarif horaire d’une baby-sitter est calculé en fonction du montant brut du SMIC en vigueur (10,03 € en 2019) ou du tarif brut à l’heure indiqué dans la Convention collective nationale des salariés du particulier employeur (10,13 € en 2019) qu’il suffit de multiplier par le nombre d’heure effectuées chaque mois.

💰 Quelles sont les aides existantes ?

Le complément de libre choix du mode de garde (CMG) de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) versé par la CAF, prend en charge un pourcentage de la rémunération de la baby sitter et des cotisations sociales qui y sont liées. Le crédit d’impôt permet ensuite de déduire une partie des dépenses annuelles de garde d’enfants de l’impôt.

Commentaires
28 juin 2019

Bonjour,

Je trouve malheureux qu'encore une fois, on ne parle qu'emploi direct dans le cadre de la garde d'enfant.
Il faut savoir que les prestataires de services qui sont agréés, permettent d'offrir également des solutions de garde et rentrent dans le dispositif de la CAF pour finander jusqu'à 85% du montant à payer.

Merci