Les résidences autonomie pour personnes âgées, permettant de bénéficier d’un appartement dans une résidence avec des équipements communs, devraient doubler en nombre d’ici à 2030, selon un livre blanc sur l’autonomie qui vient d’être publié par l'Unccas. Alternatives entre le maintien à domicile et l’Ehpad, elles sont aussi une solution pour les seniors les moins fortunés.

Illustration de l'article Résidences autonomie : leur nombre devrait doubler d'ici à 2030

Alors que les différents plans destinés aux personnes âgées mettent en avant, depuis les années 2000, les avantages du maintien à domicile, celui-ci se heurte à ses limites. Logements mal adaptés (dans lesquels faire des travaux est compliqué), trop grands, trop isolés, difficulté de trouver les structures médicales suffisantes à proximité, font qu’il présente a aussi ses inconvénients. C’est sans compter la solitude des seniors vivant seuls, qui n’ont pour visite que celle des auxiliaires de vie, ou des aides-soignantes. Toutes dévouées et professionnelles qu’elles soient, ces aides à domicile auprès des personnes âgées ne font que passer.

Selon le dernier rapport des Petits Frères des Pauvres, on compte 530 000 personnes âgées en situation de mort sociale, (rares contacts avec les différents cercles de sociabilité que sont le cercle familial, amical, les voisins, et les réseaux associatifs).

Par ailleurs, 2 millions d’aînés sont isolés des cercles familiaux et amicaux : un chiffre qui a plus que doublé depuis 2017.

De leur côté, les Ehpad accueillent de plus en plus des personnes très âgées et dépendantes, atteintes de pathologies psychiatriques et de maladie d’Alzheimer.

Autant de raisons qui font que la résidence autonomie fait partie de ces modèles alternatifs qui devraient se développer rapidement. A 688 euros en moyenne (avant les aides) pour un studio avec kitchenette, elles proposent parfois des prix très intéressants selon la toute récente analyse des prix de la CNSA . Les tarifs sont cependant très variables d'un département à l'autre. 

Aujourd’hui en France, environ 100 000 personnes âgées de plus de 60 ans vivent en résidence autonomie (120 000 selon le dernier rapport de la CNSA).  Leur nombre devrait doubler d’ici à 2030 (multiplication par 1,5 à 2,5) selon le nouveau livre blanc de l'Unccas (union nationale des centres communaux d'action sociale) sur l'autonomie.  

Que sont les résidences autonomie

Les résidences autonomie (ex logements-foyers) sont des appartements privatifs au sein de résidences avec des équipements et des services collectifs. Elles se trouvent souvent près de commerces, de services, et de transports.

En moyenne, elles accueillent 48 personnes âgées, le plus souvent originaires de la commune.

En 2017, il y en avait 2312 en France, les trois quarts en milieu urbain et périurbain. Les deux tiers relèvent du statut public, alors qu'un tiers (environ 30 % ) relèvent du privé non lucratif. Une minorité (4 %) est à caractère commercial.

Résidences services gérées par les ccas/cias : un public de plus en plus en difficulté

Les résidences autonomie sont moins onéreuses que les résidences services , qui fonctionnent sur le même principe, mais qui sont privées. C’est donc aussi pour leurs loyers modérés que les personnes âgées et leurs proches les choisissent, d’autant plus qu’elles permettent, à ceux qui y ont le droit, de bénéficier de l’aide au logement (la moitié des 60 000 personnes vivant dans une résidence autonomie gérée par les CCAS y a le droit). Par ailleurs, 16 % bénéficient de l’aide sociale à l’hébergement (ASH). Notons que seulement la moitié des résidences autonomie sont habilitées à recevoir des bénéficiaires de l'ASH.

Selon le rapport, les personnes âgées hébergées dans ces mêmes résidences connaissent une précarité grandissante, qu’il est difficile de gérer.

Les CCAS/CIAS gestionnaires d’établissements et services médico-sociaux (ESMS) voient aussi arriver un public de personnes handicapées vieillissantes, atteintes pour certaines de troubles psychiques, ou souffrant d’addictions. Certaines sont sans domicile fixe.

Résidences autonomie : des difficultés de recrutement 

À cela s’ajoutent les mêmes difficultés que dans les services de soins à la personne, et que dans les maisons de retraite : des problèmes pour recruter le personnel approprié. 

Vous êtes une structure qui cherche à recruter une aide auprès des personnes âgées, ou vous êtes à la recherche d'un emploi daus une résidence autonomie ou un Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) ? Retrouvez des milliers d'annonces sur Aladom.fr, la plateforme de relation dans les métiers du service à la personne.

Voir aussi notre article paru le 30 novembre 2021 : "Résidences autonomie pour personnes âgées : des prix très variables selon les départements"