Le Premier ministre a annoncé le 15 avril l’extension de la prime destinée aux agents des établissements publics hospitaliers, aux professionnels des EHPAD et des SAAD.

Illustration de l'article Une prime pour les professionnels des EHPAD et des SAAD

Prime pour les professionnels des EHPAD et des SAAD

Le Premier ministre a annoncé le 15 avril l’extension de la prime destinée aux agents des établissements publics hospitaliers, aux professionnels des EHPAD et des SAAD.

Le GR31 est un groupe composé de 31 associations représentant les personnes âgées, les personnes handicapées et les professionnels qui sont à leur service (fédérations d’établissements et de services médico-sociaux) représentés au conseil de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA).

Les fédérations et associations membres du GR31 s’interrogent sur le périmètre et les modalités de versement de cette prime, qui ne doit pas masquer les problématiques structurelles du secteur de l’autonomie.

Les fédérations et associations membres du GR31 se félicitent de l'annonce du premier ministre qui est un premier pas vers la reconnaissance du travail des professionnels du champ de l’autonomie.

Depuis le début de la crise les professionnels se mobilisent pour garantir la continuité de service auprès des personnes, qu’elles soient isolées, contaminées ou, plus largement, en situation de fragilité, à domicile comme en établissement. Comme dans les hospitaux, chaque jour, les professionnels des établissements et services à domicile, en dépit des difficultés d’approvisionnement en matériel de protection, sont en première ligne et s’exposent au risque de contamination. Cette mobilisation mérite d’être reconnue et valorisée.

Les fédérations et associations du GR31 soulignent leur exceptionnelle mobilisation qui a permis et permet encore de sauver de nombreuses vies, tout en maintenant un accompagnement de qualité, malgré des difficultés qui restent parfois très importantes localement. Cette mobilisation mérite aussi d’être reconnue et valorisée.

Etendre le dispositif à l'ensemble des professionnels des établissements et services médico-sociaux

Si les fédérations et associations du GR31 se réjouissent donc de cette annonce, elles demandent – au nom de l’équité de traitement entre l’ensemble des professionnels mobilisés dans la gestion de la crise sanitaire –  l’extension de ce dispositif à l’ensemble des professionnels employés par les établissements et services médico-sociaux : établissements et services du secteur du handicap, EHPAD, résidences autonomie, services à domicile.

Les membres du GR31 posent également plusieurs conditions à respecter lors de la mise en œuvre :

  • Un montant au moins identique à la prime versée aux agents hospitaliers ;
  • Une prime à destination des professionnels des établissements, tous métiers et tous secteurs confondus : public, privé associatif, mutualiste et commercial, sans oublier les professionnels de la fonction publique territoriale ;
  • Un plan de financement dédié, afin que le versement de la prime ne pèse pas sur l’équilibre budgétaire fragile des structures ;
  • Des modalités de calcul uniformes et déterminées en amont par l’État ;
  • Un financement sous forme d’une dotation de l’ARS versée au mois de mai ou juin pour tous les établissements et services, y compris pour les services d’aide et d’accompagnement à domicile.

Il est en effet important que cette prime puisse être versée à tous les professionnels, le plus rapidement possible et en tout état de cause avant les vacances d’été.

Dégradation des conditions de travail

Depuis des mois, les fédérations et associations du GR31 demandent plus de moyens et une reconnaissance de leur rôle. Ces métiers nécessitent une valorisation à la hauteur d’un système de protection sociale digne d’une société fondée sur des valeurs de solidarité. Ces interpellations ont ainsi une résonance particulière dans le contexte actuel, quand ce sont ces mêmes professionnels qui assurent, aujourd’hui, la résistance nécessaire pour protéger le plus grand nombre d’entre nous.

Le GR31, qui alerte depuis plusieurs années sur la dégradation des conditions de travail des professionnels et sur les dotations budgétaires insuffisantes qui menacent la survie des structures (avec notamment pour conséquence de lourds restes à charge pour les personnes), souhaite insister sur le fait que le sujet de la prime ne doit pas masquer celui, majeur, de la revalorisation des métiers et de l’amélioration des conditions de travail des professionnels à long terme. Il doit s’agir d’un prélude à une réforme de fond.

Les fédérations et associations du GR31 s’unissent donc à nouveau pour affirmer, plus que jamais, le besoin de ressources conséquentes et pérennes dédiées à l’accompagnement des personnes âgées et en situation de handicap et se tiennent prêtes pour co-construire, au sein du conseil de la CNSA, une réforme profonde et structurante des politiques de l’autonomie.

Le GR31 regroupe : APF France Handicap, ADEDOMADMR, AD-PA, APAJH, Autisme France, CFPSAA, FEHAP, FENARAC, FFDys, FHF, FNADEPA, FNAQPA,  FNAAFP/CSF, FNAR, FNATH, France Alzheimer, Mutualité Française,  Nexem, Trisomie 21 France, UNA, UNAFAM, Unapei, Uniopss, SNGC, SYNERPA.   

Découvrir les offres pour les pros
Aladom

Professionnels du secteur

VISIBILITÉ, RÉFÉRENCEMENT, RECRUTEMENT,
DÉVELOPPEMENT CLIENTÈLE

découvrir les offres pour les pros
Commentaires
27 mai 2020

Les salariés de certains EHPAD étaient en grève lundi. En réponse au mouvement, la direction du groupe Korian a promis de verser 1 500 euros à l’ensemble de ses 24 000 salariés en juillet. Un montant supérieur de 500 euros à celui promis, le 27 avril, par la directrice générale du groupe, Sophie Boissard.

Selon les grévistes, cependant, le « compte n’y est pas » encore. Ils demandent que la prime maison s’ajoute intégralement à celle promise par le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, le 7 mai, pas seulement qu’elle la complète. « On ne veut pas seulement des remerciements symboliques, on veut les deux primes », confie Cynthia Mouyombo qui a manifesté lundi avec une trentaine de salariés devant l’établissement Korian Les Merlettes à Sarcelles (Val-d’Oise).

27 mai 2020

Est ce que les salariés des EHPAD privés auront aussi le droit à une prime ?

27 avr. 2020

Une prime aux Auxiliaires de Vie Sociale (AVS) : vers une vraie reconnaissance de nos entreprises et de nos salariés

À la suite des annonces faites par Édouard Philippe le 15 avril dernier, la Fédésap remercie le Gouvernement pour la reconnaissance faite aux milliers de SAAD et à leurs salariés qui, de par leur professionnalisme et leur engagement sans faille ont grandement contribué à contenir l’afflux des personnes vulnérables auprès des services d’urgence.

Cette prime est la bienvenue pour les professionnels du secteur qui travaillent à flux tendus aux domiciles des plus fragiles, qui accompagnent également les sorties d’hospitalisation, sans lesquelles il serait impossible de libérer de précieux lits à l’hôpital, et qui assurent enfin, comme en Ile-de-France, le maintien d’activité dans un grand nombre d’EPHAD.

Comme la Fédésap a pu le rappeler au Premier Ministre, cette prime doit absolument être accordée à l’ensemble des professionnels du secteur, quel que soit leur statut ou leur poste.

Une discussion est d’ores et déjà ouverte entre le Ministère des Solidarités et de la Santé et les départements pour réfléchir aux modalités de versement de ces primes ; l’occasion une nouvelle fois pour la Fédésap de demander un mécanisme de versement simple, transparent et équitable.

Compensation des baisses d’activité des SAAD : vers un mécanisme équitable pour tout le secteur ?

Moins médiatisée mais tout aussi attendue par tout le secteur, le Premier Ministre a également annoncé les contours d’une mesure forte visant à prendre en compte la baisse d’activité des SAAD1.

En effet, depuis le début de la crise, les structures ont su faire preuve d’une adaptabilité exemplaire. Certaines interventions ont en effet été adaptées afin de privilégier l’accompagnement du plus grand nombre. Les temps de coordination (information des bénéficiaires et de leurs aidants, modification des interventions, annulation des interventions, priorisation des interventions les plus urgentes - acheminement et achat de masques…) ont été démultipliés pour assurer un service de qualité et la sécurisation des prestations. Les charges extraordinaires qui en découlent ont fortement augmenté.

Malgré ce contexte très tendu, les SAAD continuent bien évidemment à honorer les salaires de tous leurs salariés.

C’est pourquoi, dans l’attente du décret qui précisera les modalités de prise en charge par les départements, la Fédésap plaide pour un mécanisme simple à mettre en œuvre, permettant de récompenser l’engagement des professionnels mobilisés dans un contexte de crise sanitaire :

- Les heures réalisées (APA et PCH) sont facturées aux bénéficiaires des plans d’aides sur la base du tarif départemental de référence ;

- Pour l’ensemble des heures réalisées, la participation du département au plan d’aide est majorée sur la base du tarif départemental « week-end et jours fériés » ou pour les départements n’appliquant pas de majoration « week-end et jours fériés », une majoration de 25% du tarif départemental ;

- Les heures non réalisées font l’objet d’un maintien du versement des participations du département aux SAAD désignés dans les notifications APA/PCH par les bénéficiaires.

Ces propositions associées à une tarification nationale socle pour l’APA et la PCH pourraient jeter les bases d’une réflexion ambitieuse dans le cadre du projet de loi « Autonomie et Grand Âge » pour l’ensemble du secteur qui l’appelle de ses vœux.