Une convention entre la CNSA et Adhap Services

La Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie (CNSA) et le Ministère des Solidarités et de la Cohésion Sociale ont annoncés le 08 décembre 2010 la signature d'une convention financière avec Adhap Services, un réseau privé de services à la personne, spécialisé dans le maintien à domicile des personnes âgées. L'entreprise Adhap Services a été créée en 1997.

Le montant de cette convention est de 4,4 millions d'euros et sera financée par la CNSA à hauteur de 2,7 millions. Adhap Services prendra en charge 1,7 millions d'euros.

Un logiciel pour remonter des informations en temps réel

Le programme de travail consistera à mettre en place :

  • un logiciel métier commun à l'ensemble des 117 franchisés (157 implantations d'Adhap Service)
  • une démarche de gestion prévisionnelle et préventive des emplois et des compétences (GPEC) pour une partie de ses salariés. 

Adhap Services va équiper tout son réseau pour fournir rapidement aux partenaires sociaux (conseils généraux, caisses d'assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT), caisses primaires d'assurance maladie, mutuelles), les données dont ils ont besoin sur les services réalisées.

Les partenaires pourront consulter en temps réel les interventions des assistantes effectuées dans le cadre de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) et optimiser la planification des interventions terrain et la personnalisation de l'aide. Un gain de temps dans la gestion administrative des dossiers des personnes prises en charge est attendu.

Henri Emmanuelli montre du doigt cette aide au secteur privé

Henri Emmanuelli se dit choqué de voir "la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie financer, avec l'appui du gouvernement, la modernisation d'une entreprise privée". Il rappelle qu'Adhap Services a comme actionnaire majoritaire le groupe Axa Assistance et que dans le même temps, la CNSA s'est désengagé du financement de l'Allocation personnalisée à l'Autonomie (APA), ce qui pénalise les départements.

Selon Henri Emmanuelli cette décision montre les intentions futures du gouvernement en matière de prise en charge de la dépendance. Il faut tout de même rappeler que l'Una, l'ADMR, Adessa-A domicile, la Fepem, l'UNCCAS, la Croix-Rouge française et Assisteo ont déjà bénéficié du soutien de la CNSA.

Il faut aussi rappeler que le secteur associatif n'est pas toujours exemplaire et qu'il existe de nombreux abus, comme le salaire de 20000 € du président de l'ADMR du Nord.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment