Les collèges et les lycées devraient rouvrir à partir du 11 mai. Il reste cependant de nombreuses questions sur les modalités. La reprise de l'école se fera sur la base du volontariat.

Illustration de l'article Comment va se faire la réouverture des écoles ?

[Edit du 28 avril : ajout des précisions suite au discours d'Edouard Philippe à l'assemblée]

Quel scénario pour la réouverture des écoles ?

Emmanuel Macron a annoncé la réouverture des écoles le 11 mai. La réouverture se fera sur la base du volontariat et des précisions ont été données par Edouard Philippe le 28 avril devant l'assemblée nationale. Il reste cependant beaucoup d'inconnues sur les modalités de la reprise d'activité dans les lycées, les collèges, les écoles primaires et les maternelles. L'enseignement supérieur ne devrait pas reprendre avant la rentrée de septembre.

Il y a plusieurs hypothèses à ce jour : 

  • retour progressif en fonction des classes.
  • scénario différents par territoire : les régions peu impactées par le virus pourraient retourner à l'école plus rapidement. Mise en place de zones vertes ou le virus circule peu et rouges.
  • des demi-classes avec une alternance une semaine sur 2 entre présence dans les établissements et cours à la maison. Il y aura un plafond de 15 élèves à ne pas dépasser par classes.
  • utilisation des locaux différentes en utilisant des espaces plus larges et d'autres locaux.
  • les élèves fragiles ou ayant des problèmes de santé pourraient ne pas revenir en cours aussi rapidement que les autres.
  • les cantines pourraient être remplacées par des sandwicheries pour éviter les rassemblements.
  • mise à disposition de masques pour les enseignants et masques obligatoires pour les collegiens.

Le mardi 21 avril, Jean Michel Blanquer a annoncé ce qui devrait être mis en place :

Le planning actuellement envisagé est le suivant :

  • Semaine du 11 mai : prérentrée des professeurs puis rentrée des grandes sections, des CP et de CM2. Ecole primaire avec des classes de moins de 15 élèves.
  • Semaine du 18 mai : enseignement secondaire (6ème et 5ème), sans doutes en fonction des départements,
  • En fonction de la situation, ouverture en juin pour les lycées (1ère et terminale) et les lycées professionnels

Le travail a commencé avec les maires, les professeurs et les partenaires. Des annonces plus précises devraient être faites d'ici la fin du mois.

En attendant le 11 mai, les vacances se terminent pour la première zone et voici quelques conseils pour la reprise de l'école en confienement.

Les demandes des fédérations 

Plusieurs fédérations (UNSA, FCPE, Sud éducation, SNALC, FIDL, MNL, UNL, CGT, FNAEN, UFSU, SGEN CFDT) représenentant du personnel enseignant, des parents d'élèves, et des élèves ont réagit aux annonces du président de la République sur la réouverture progressive des écoles et établissements scolaires à partir du 11 mai.

Tous ces acteurs souhaitent pouvoir reprendre l’école et sortir d’une situation où l’ensemble des élèves subissent les conséquences de la crise et où les inégalités scolaires se creusent. Mais ils souhaitent que les conditions soient réunies pour que cette reprise se fasse en sécurité et demandent à ce que les préconisations sanitaires pour la protection optimale de toutes et tous soient strictement respectées. 

Pour les fédérations les éléments suivants nous semblent incontournables :

  • la mise en place d’une politique massive de tests qui devra correspondre aux préconisations du conseil scientifique et de l’OMS ;
  • la désinfection des écoles, services et établissements scolaires qui ont été fréquentés pendant la période de confinement avec des dotations en matériel spécifique (équipements, masques…) et une protection adaptée ;
  • la fourniture des matériels de protection (gel hydroalcoolique, gants et masques chirurgicaux ou FFP2) en quantité suffisante pour les agent-e-s et les élèves adaptés à la situation de travail de chacun ;
  • les personnels dont la santé ou la pathologie le nécessite doivent bénéficier des mesures d'éloignement du travail et avoir un suivi médical tel que prévu par le décret 82-453 modifié ;
  • les élèves dont la santé ou la pathologie le nécessite, et celles et ceux dont les parents souffrent de grandes pathologies, doivent pouvoir être exemptés du retour en présentiel ;
  • des garanties concernant la limitation des effectifs par groupes dès le retour des élèves (retour qui ne peut être simultané de celui des adultes), pour permettre la distanciation sociale exigée par ailleurs, et ce pour l’ensemble des niveaux et tous les lieux fréquentés par les élèves et personnels (cantine scolaire, internats, couloirs etc.).

Depuis le 14 avril 2020, les organisations représentatives des personnels, des parents d’élèves et le CNVL ont été consultés et ont formulé des propositions et des attentes pour que la reprise se passe du mieux possible en termes de sécurité pour toutes et tous.

Eviter le décrochage des élèves 

Emmanuel Macron a évoqué que les quartiers populaires et les zones rurales devaient passer en priorité. Les classes de CP et de CE1 dans les zones REP et REP+ sont  dédoublées, avec 12 à 15 élèves.

Le 15 avril, Jean-Michel Blanquer a annoncé devant le Sénat : "Si nous ne finissons pas le confinement suffisamment tôt, il y aura des désastres sociaux pour les élèves les plus éloignés de l'école".

Nettoyage et désinfection des écoles

Les crèches et les écoles devront être nettoyées avant d'accueillir les élèves dans leurs locaux.

Les collectivités se préparent pour que les élèves et le personnel arrivent à l'école dans les meilleures conditions.

Découvrir les offres pour les pros
Aladom

Professionnels du secteur

VISIBILITÉ, RÉFÉRENCEMENT, RECRUTEMENT,
DÉVELOPPEMENT CLIENTÈLE

découvrir les offres pour les pros
Commentaires
29 avr. 2020

Les mesures concernant l’école :

Un enjeu prioritaire du plan de déconfinement

Le retour des enfants dans les établissements scolaires est un impératif pédagogique et de justice sociale, en particulier pour ceux qui ont des difficultés à suivre l’enseignement à distance.

Ce retour est également à concilier avec la préservation de nos objectifs de santé publique.

✅ Une réouverture très progressive est proposée à compter du 11 mai pour les maternelles et l’école élémentaire, partout sur le territoire et sur la base du volontariat.

✅ A partir du 18 mai, mais seulement dans les départements où la circulation du virus est très faible, la réouverture des collèges envisagée en commençant par les classes de 6ème et 5ème.

✅ Une décision sera prise fin mai quant à la réouverture des lycées, en commençant par les lycées professionnels début juin.

Mise en place des mesures sanitaires à l'école

➡️ Pas plus de 15 élèves par classe.

➡️ Une vie scolaire organisée autour du respect des gestes barrières, de mesures d’hygiène strictes et de la distribution de gels hydro-alcooliques.

➡️ Tous les enseignants et encadrants des établissements scolaires recevront des masques, qu’ils devront porter quand ils ne pourront respecter les règles de distanciation sociale.

➡️ Selon les recommandations scientifiques, le port du masque en maternelle est prohibé.

➡️ Le masque n’est pas recommandé à l’école élémentaire, où des masques pédiatriques seront mis à disposition des directeurs d’école en cas de besoin.

➡️ Au collège, le port du masque est obligatoire : des masques seront fournis aux collégiens qui n’ont pu s’en procurer.

➡️ La scolarité pourra être suivie au sein de l’école, soit au domicile avec un enseignement distance gratuit, soit en étude, soit dans le cadre d’activités 2S2C (sport, santé, culture, civisme).

Mesures concernant les transports

Deux objectifs :

➡️ Augmenter au maximum l’offre de transports urbains. 70% de l’offre de la RATP sera disponible le 11 mai.

➡️ Faire baisser la demande, en favorisant le télétravail, en étalant les horaires, en réservant, si besoin, les transports aux heures de pointes à ceux qui travaillent.

Une concertation rapide est nécessaire dans chaque région entre les autorités organisatrices de transport, les usagers et les opérateurs de transport pour mettre en œuvre ces objectifs.

➡️ Port du masque obligatoire dans tous les transports, métro comme bus.

➡️ Les opérateurs doivent s’organiser pour permettre de respecter les gestes barrières. Exemple : dans le métro parisien, capacité réduite à moins de 30% de la normale, un siège sur deux condamné, marquages au sol sur les quais, etc.

➡️ Les bus scolaires circuleront à moitié-vide, avec obligation de port du masque pour les collégiens et les chauffeurs.

➡️ Le port du masque sera également obligatoire dans les taxis et les VTC qui ne disposent pas de protection en plexiglas.

Pour les déplacements inter-régionaux ou inter départementaux, l’objectif est de les réduire aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux.

Réduction de l’offre, réservation obligatoire dans tous les trains.

⚠️ Jeudi de l’Ascension : il sera férié, mais alerte à ne pas quitter son département pour partir en week-end.

23 avr. 2020

L'Elysée a annoncé jeudi après-midi qu'il n'y aurait pas d'obligation de retour à l'école pour les enfants à partir du 11 mai, date de la première étape du déconfinement de la France.
Les parents qui ne souhaitent pas conduire leurs enfants à l'école à partir du 11 mai, par crainte notamment de contracter le coronavirus, n'y seront pas obligés : l'Elysée a annoncé jeudi après-midi qu'un "principe de volontariat" sera valable pour les parents dans la phase de déconfinement du pays, le mois prochain.

23 avr. 2020

L'Élysée a annoncé jeudi après-midi qu'il n'y aurait pas de déconfinement régionalisé à partir du 11 mai, comme cela était un temps envisagé au plus haut sommet de l'État.
Pour continuer de lutter contre l'épidémie de coronavirus, le déconfinement ne sera pas "régionalisé" mais il s'adaptera aux "réalités de chaque territoire", a annoncé jeudi l'Elysée à l'issue d'une réunion entre Emmanuel Macron et les maires.

20 avr. 2020

La date est tombée, ce sera le 11 mai… Enfin, si tout va bien ! Ainsi, Emmanuel Macron a annoncé une décision qui n'avait pas été discutée en amont avec les parents d'élèves, et dont les détails de mise en œuvre seront donnés ultérieurement. Que veut dire progressif, dans quelles conditions, avec quels élèves, comment assurer la protection des personnels et des élèves… ? Autant de questions auxquelles nous n'avons pas de réponse pour l'heure. Mais manifestement, Jean-Michel Blanquer non plus !

Choisie sans doute davantage pour répondre aux injonctions du patronat qu'à celles du monde médical, il nous semble difficilement imaginable qu'à cette date toutes les conditions pour une reprise sereine soient remplies. Dans tous les cas, la FCPE, avec les lycéens, posent un certain nombre de conditions pour que cette reprise soit possible tout en garantissant la santé des jeunes, des parents et des personnels. D'ailleurs, c'est une demande forte du terrain qui s'interroge également sur le bien-fondé de cette proposition du 11 mai.

Mais le confinement n'est pas terminé ! Vous êtes toujours très nombreux à vous exprimer, à témoigner sur notre forum de discussion, dont vous trouverez ici un exemple des propos échangés.

20 avr. 2020

Le 11 mai ou après… Pas de reprise sans dépistage systématique, sans tous les moyens de protection nécessaires !

Les personnels considèrent que l’annonce du président de la République le 13 avril de rouvrir les crèches, écoles et établissement scolaires à partir du 11 mai, alors même que tous les lieux publics resteront fermés, est irresponsable, dangereuse, impossible. L’Ordre des médecins dénonce dans ce choix « un manque absolu de logique », qui ne pourra qu’aggraver l’épidémie. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préconise la mise en place du dépistage systématique pour sortir de la crise sanitaire.

Les gestes barrières ne pourront être respectés compte tenu de l’âge des élèves ou du nombre d’élèves par classe. Comment éviter une nouvelle flambée épidémique quand près de 900.000 professeurs et 12 millions d’élèves seront rassemblés en classe, auxquels il faut ajouter tous les personnels d’éducation, d’administration, de direction, les personnels médico-sociaux, ainsi que les personnels territoriaux, amenés à se déplacer et à entrer en contact ? Sans parler des regroupements dans la cour de récréation, de la sieste en maternelle, des repas collectifs, des internats, des transports…

Le CHSCT ministériel indique dans un avis voté par FO et FSU : ” Le CHSCT M demande un dépistage généralisé aux personnels et aux élèves comme préalable à toute reprise d’activité. “

Nous considérons que sans dépistage généralisé, sans les mesures de protection nécessaires, toute reprise est inacceptable.

Nous refusons que l’école et nos vies soient la variable d’ajustement des besoins du MEDEF.

Nous, soussigné(e)s, exigeons des préalables à toute reprise d’activité :

Le dépistage systématique de tous les personnels et des élèves ;
La mise en œuvre de toutes les mesures de protection nécessaires (équipements de protection à hauteur des besoins, désinfection totale des locaux, tests quotidiens…).

20 avr. 2020

Autre scénario selon le Journal du Dimanche, le syndicat SE-Unsa, propose même de mettre en œuvre une sorte de décalage entre le retour du corps professoral dans les établissements et celui des élèves : "On pourrait se réunir à partir du 11 mai, et les enfants reprendre à partir du 18".

Déconfinement : les syndicats d'enseignants prêts à reprendre les cours le 11 mai, mais sans les enfants