Les départements engagés dans le débat public

Dans le cadre des assises de l'autonomie et de la dépendance, organisées vendredi dernier à l'Assemblée nationale, les départements ont présenté 55 propositions relatives à la prise en charge de la perte d'autonomie.

Présentées comme des "orientations techniques " ces propositions tendent ainsi à modifier, entre autre,  les modes de financement de cette dépendance. Souhaitant une reconnaissance des départements comme "chefs de file de la politique gérontologique en France", l'assemblée des départements de France (ADF) ne veut pourtant pas assumer seule la charge financière des dispositifs d'aides aux personnes dépendantes.

Un coût trop important pour les départements

Pour l'ADF, l'État n'a pas respecté son engagement pris à la sortie des différents dispositifs d'aides, tels que l'aide personnalisée d'autonomie (APA), la prestation de compensation du handicap (PCH) ou autres aides pour le placement en maison de retraite par exemple.

Alors que le financement des ces dispositifs devait se faire à parts plus ou moins égales entres les conseils généraux (CG) et l'État, bien souvent ce sont les départements qui supportent la majorité des coûts.

Pour exemple, l'APA est financé aujourd'hui à plus de 70 % en moyenne par les départements. Un budget souvent bien trop conséquent pour les CG. Pour Claudy Lebreton, le président de l'ADF, "une bonne cinquantaine de départements sont touchés de façon structurelle" estimant d'ailleurs un "manque autour de trois milliards" pour financer correctement les APA.

La prévention au secours de la dépendance

Parmi les propositions de l'ADF, outre un remaniement financier et participatif, plusieurs "actions" en parallèle sont évoquées.

Ainsi, les départements appellent à une meilleure considération et à un soutien des aides à domicile, qu'il s'agisse de services de soins ou d'aides à la personne classiques, avec par exemple, une révision des aides fiscales accordées en faveur des services d'aide à la personne à destination des personnes âgées et des personnes handicapées en perte d'autonomie.

Plus original, l'ADF souhaite mettre en place une "politique coordonnée de prévention" de la dépendance. Une politique qui permettrait d'économiser, à terme, près de 10 milliards d'euros selon l'ADF. Sont ainsi évoqués, la mise en place de programme départementaux de "mise aux normes et d'adaptation de l'habitat des personnes âgées", ou encore, la mobilisation et la mise à contribution des mutuelles, assurances et institutions de prévoyance "en matière de couverture santé et de retraite complémentaire".

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment