A Rodez, lors du débat sur la réforme des retraites, Emmanuel MACRON a affirmé qu'une place en Ehpad pouvait coûter de 1 500 à 1 700 euros par mois.

Illustration de l'article Combien coûte une place en maison de retraite ?

Le coût d'une place en maison de retraite

Emmanuel Macron a déclaré à Rodez : "Le jour où je veux rentrer à l'Ehpad ou à la maison médicalisée, c'est 1 500, parfois 1 700 euros par mois". Suite aux réactions dans la salle, le chef de l'État a ajouté : "Vous pouvez rentrer à 1 500, 1 700 [euros]... Je vous le dis. Autour de 1 700 [euros] vous en avez. Selon le degré de médicalisation. Si vous êtes totalement dépendant et que vous avez besoin d'une prestation médicalisée, ça va parfois au-dessus de 2 000 euros".

La CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie) a analysé les tarifs 2017 de plus de 6000 Ehpads disponibles sur le portail national d'information mis en place par le gouvernement.

Selon cette étude, le tarif médian d'une chambre seule en Ehpad est de 1 953 euros par mois. Cette analyse montre que les Ehpad ayant un tarif proche de celui évoqué par le chef de l'état représentent moins de 10% des établissements pour personnes âgées.

Une autre étude récente, réalisée par la Mutualité française, donne un coût moyen par mois pour une personne sévèrement dépendante de 2 450 euros.

Reste à charge élevé

L'étude de la Mutualité française indique que le reste à charge moyen pour une personne en perte d'autonomie sèvère de 2 000 euros par mois. Le reste à charge des Français en Ehpad est, selon cette étude, l'un des plus élevés d'Europe.

Le rapport Libault qui a été remis au gouvernement en mars 2019, indique lui que le reste à charge moyen, après aides et réduction d'impôt, pour une personne âgée en perte d'autonomie vivant en Ehpad, est de 1 850 euros par mois. Ce reste à charge est, dans 75% des cas, supérieur aux ressources courantes de la personne âgée.

Selon ces 3 sources, les tarifs moyens sont supérieurs aux 1700€ indiqués par Emmanuel MACRON.

Ce qui fait varier les prix

Le prix à payer par le résident ou sa famille varie selon plusieurs paramètres :

  • le niveau de dépendance,
  • le type de chambre,
  • les services (repas, services à la personne, soins...),
  • les aides auxquelles le résident a droit,
  • le statut de la structure (public, privé),
  • le nombre de personnes encadrantes,
  • l'ancienneté de la résidence,
  • l'emplacement géographique

Selon le rapport Libault la répartition des places est la suivante :

  • 21% en Ehpad publics relevant du secteur hospitalier,
  • 28% en Ehpad publics  relevant des collectivités locales,
  • 29% en Ehpad privés non lucratifs,
  • 22% en Ehpad privés lucratifs.

La zone géographique où se trouve l'établissement a son importance : d'après l'étude de la Mutualité française, le reste à charge moyen pour une personne très dépendante est de 1 600 euros par mois dans la Meuse mais de plus de 3 100 euros à Paris et dans les Hauts-de-Seine.

La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie conclut elle que le prix médian d’une place en hébergement permanent est plus cher dans les départements très urbanisés comme Paris et les Hauts-de-Seine mais aussi les Yvelines, le Val-d’Oise, l’Essonne, le Val-de-Marne, les Alpes-Maritimes ou les Bouches-du-Rhône.

Les tarifs en EHPAD

Ils sont constitués de trois volets :

  • le forfait soins, dont les charges sont couvertes directement par l’Assurance maladie ;
  • le tarif dépendance, fixé par le président du conseil départemental pour une durée d’un an. Il couvre les dépenses liées à l’aide apportée aux résidents pour accomplir les actes essentiels de la vie. Il s’agit de frais liés à la mise à disposition d’un personnel formé, par exemple pour l’aide à la toilette, les déplacements. Il croît avec le niveau de dépendance du résident, évalué par son groupe isoressources (GIR) ;
  • le tarif hébergement, qui comprend les dépenses d’entretien et d’administration, la restauration et les activités d’animation. Il est fixé par le président du conseil départemental si l’établissement est habilité à l’aide sociale ; sinon, la liberté tarifaire prévaut, et c’est le directeur de l’EHPAD qui l’établit. Cette partie constitue la principale composante du reste à charge des résidents des EHPADs. 
Découvrir les offres pour les pros
Aladom

Professionnels du secteur

VISIBILITÉ, RÉFÉRENCEMENT, RECRUTEMENT,
DÉVELOPPEMENT CLIENTÈLE

découvrir les offres pour les pros
Commentaires
Il n'y a pas de commentaires pour le moment