Les nouveaux enjeux de la famille

L'ADMR vient de présenter les résultats d'une étude sur "Les nouveaux enjeux de la Famille". Cette étude souligne la difficulté à s'occuper de sa famille dans le contexte actuel, décrypte les besoins des Français en matière de services à la personne et relève des attentes vis-à-vis des pouvoirs publics.

Selon cette étude, 2/3 des Français estiment qu'il est plus difficile de s'occuper de sa famille aujourd'hui qu'il y a 30 ans.

L'enquête a été réalisée par l'institut KANTAR SOFRES (anciennement TNS Sofres). Elle met en évidence les points suivants :

  • 2/3 des Français estiment qu'il est plus difficile de s'occuper de sa famille aujourd'hui qu'il y a 30 ans et 8% trouvent que c'est plus facile.
  • 63% des personnes interrogées disent ne pas se sentir prêts à affronter seuls une situation compliquée (naissance multiple, maladie grave d'un enfant ou perte d'autonomie d'une personne âgée) et ne pas être sûrs de pouvoir compter sur la solidarité familiale.

Les principaux besoins exprimés en matière de services à la personne portent sur l'aide à la vie quotidienne et les soins, avec des attentes fortes sur le développement de services innovants pour l'aide aux personnes dépendantes et la garde d'enfants.

Des difficultés croissantes pour s'occuper de sa famille

La situation financière des ménages qui s'est détériorée est la première cause de difficulté identifiée : 

  • 56% des répondants évoquent l'augmentation du chômage et de la précarité à compliqué les choses
  • 54% la baisse du pouvoir d'achat.
  • 46% la perte des valeurs traditionnelles 
  • 46% la montée de l'individualisme  
  • 45 % l'éloignement géographique des différents membres d'une même famille
  • 42% le fait que les deux parents travaillent
  • 42% le coût du logement 
  • 30% le développement de nouvelles formes de famille

A l'inverse, quand on demande aux personnes interrogées les éléments qui ont facilité le quotidien des familles dans les dernières décennies, le développement des services à domicile arrive en première position (50%), devant le développement des structures d'accueil, telles que les crèches ou les maisons de retraite (44%). 

Ces facteurs sont plus souvent mentionnés que le développement des nouvelles technologies (36%), l'allongement de l'espérance de vie (34%), l'augmentation du temps libre (34%) ou le développement de nouvelles formes de familles (22%).

Une action des pouvoirs publics jugée insuffisante et une solidarité familiale en déclin

L'action des pouvoirs publics en faveur de différents publics en difficulté est jugée insuffisante par les personnes interrogées : 

  • 78% des personne interrogées considèrent que l'action publique en faveur des personnes âgées isolées est insuffisante (contre 21% d'avis inverse),
  • 77% concernant l'action en faveur des personnes âgées en perte d'autonomie (23% la jugent suffisante dans ce domaine), 
  • 75% concernant l'action en faveur des personnes en situation de handicap (25% d'avis inverse) et 66% s'agissant des personnes malades (contre 33% qui l'estiment suffisante).
  • 52 % pensent  que l'action des pouvoirs publics à l'égard des familles est insuffisante 
  • 47% pensent que les pouvoirs publics n'agissent pas suffisamment en faveur de la petite enfance
  • 46% pensent que les pouvoirs publics n'agissent pas suffisamment en faveur des familles monoparentales.

Les personne interrogées estiment majoritairement (78%) que les pouvoirs publics n'aident pas assez les familles qui se trouvent confrontées à des situations rendant plus compliqué leur quotidien : naissance multiple, personnes en situation de handicap, maladie grave d'un enfant...

Elles considèrent à 77% que les différents membres d'une famille sont de moins en moins solidaires face à ce type de situation. Près des deux tiers des Français (63%) ne se sentent personnellement pas prêt à faire face seul à un tel événement.

Face à la maladie grave d'un enfant, les principaux besoins identifiés sont du temps pour permettre à une personne de la famille de s'occuper de l'enfant (58% de citations) et des soins à domicile (49%). Dans le cas d'une naissance multiple, c'est l'accompagnement dans les tâches de la vie quotidienne qui est perçu comme le premier besoin (58%) suivi de temps pour permettre à une personne de la famille de s'occuper des enfants (49%). Dans le cas d'une personne en situation de dépendance, c'est de nouveau l'accompagnement dans les tâches de la vie quotidienne qui arrive en tête des besoins identifiés (58%), associé à un besoin de soins (54%).

Attentes des familles  

Les principales attentes à l'égard d'une personne qui intervient à domicile, pour une garde d'enfant, du ménage ou des soins, sont :

  • le professionnalisme (70% de citations)
  • l'honnêteté (68%)
  • la fiabilité (57%)
  • la politesse et le respect (53%)
  • la mise en confiance (44%)
  • l'écoute (37%)
  • la ponctualité (35%)

Le développement de l'aide à la personne plébiscité

Les attentes concernant le développement des services d'aide à la personne à l'avenir sont fortes : 

  • 89% des Français considèrent qu'il est souhaitable de développer l'aide aux aidants (aide dans les tâches ménagères, prise en charge ponctuelle de la personne dépendante,...), 
  • 88% l'habitat intermédiaire pour les personnes âgées (logement individuel adapté avec accès à des services : animations, soins à domicile, livraison de repas...)
  • 87% le transport accompagné pour les personnes ayant des difficultés à se déplacer. 
  • 86% des Français souhaitent l'essor de la téléassistance pour les séniors
  • 84% celui des solutions domotiques. 
  • 82% estiment également souhaitable de continuer à développer les crèches 
  • 80% souhaitent que se développe la garde d'enfants en horaires décalés

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment