En préambule, il est important de préciser que nous n'incitons personne à quitter la Sécurité Sociale ou à cesser de payer les cotisations pour une autre couverture sociale. Une telle incitation est en effet passible d'une amende de 15 000 euros ou, et, d'un emprisonnement de six mois (Article L114-18 du Code de la sécurité sociale). 

Environ 10 000 Français auraient quitté la Sécu pour une autre assurance maladie

Toutefois, à en croire le site de l'Opinion, les Français ayant franchi le pas seraient déjà au nombre de 10 000. La question qui se pose est donc pourquoi ? La Sécu est le fruit d'un cheminement politique qui a vu les bases de ses fonctions se dessiner à l'issue de la Seconde guerre mondiale. Le Conseil national de la Résistance l'inscrit à son programme comme suit « un plan complet (...) visant à assurer à tous les citoyens des moyens d'existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l'Etat ». (Wikipedia). 

Ceci renvoie à la Constitution de 1946 où l'on peut également lire que la Nation « garantit à tous, notamment à l'enfant, la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. » 

La Sécurité sociale, un principe d'universalité et de solidarité entre les citoyens

La Sécurité sociale est mise en oeuvre en 1945, elle est financée par les cotisations des employeurs et des salariés et elle est gérée par l'ensemble des partenaires sociaux (syndicats de travailleurs et organismes patronaux). Malgré les déremboursements successifs et la très modique prise en charge de certains soins comme les soins dentaires ou optiques, en 2011, l'assurance maladie de la Sécu rembourse 75,5% du total des dépenses de santé. Alors, pourquoi certains d'entre nous décident-ils d'opter pour d'autres régimes ? 

L'affiliation au régime de la Sécurité sociale, quel qu'il soit, est une obligation faite à toute personne qui réside et travaille en France. C'est une question de solidarité et d'universalité nationale, notions qui fondent la Sécurité sociale.  

A y regarder de près, les quelques français qui ont choisi de quitter la Sécu, non sans difficultés puisque rappelons-le, c'est une obligation, ne sont pas des salariés. Si on en croit l'Opinion, ce sont surtout des indépendants, commerçants, artisans et professions libérales. Des citoyens dont les cotisations sociales ne sont pas plafonnées et qui peuvent payer jusqu'à 1 000 euros par mois entre l'assurance maladie, l'Urssaf, la CSG et la CRDS. 

Qui sont ces Français qui ont quitté la Sécu ?

Selon l'auteur de l'article, en cotisant « ailleurs », ces irréductibles pourraient voir leur cotisations baisser jusqu'à 300 euros par mois. Qu'il soit plus confortable d'être salarié au niveau des cotisations est une évidence, mais quitter la Sécu n'est-il pas le premier pas vers le chacun pour soi ? Ou pour être plus trivial : la disparition programmée de la protection sociale des plus démunis ? 

Comme exposé précédemment, la Sécurité sociale a été créée sur un principe d'universalité et de solidarité dans le respect direct de la Déclaration des droits de l'homme qui énonce le principe d'égalité entre les citoyens... Quitter la Sécu peut sembler avantageux financièrement pour certains, mais n'y-a-t 'il pas un risque d'atteinte aux beaux principes qui font le sel de notre nation ? 

Certes c'est un cliché, mais l'idée que demain, on puisse s'interroger sur la nature de l'assurance maladie d'un patient avant même de procéder ou pas à une intervention vitale fait froid dans le dos, non ?

Commentaires

Dans l'article on dit " quitter la Sécu n'est-il pas le premier pas vers le chacun pour soi ? ". Mais ABSOLUMENT PAS ! C'est juste qu'on prend une autre sécu, comme c'est prévu dans les directives européennes ! IL FAUT SAVOIR CE QU'ON VEUT ! Car d'un côté on fait des lois européennes, et de l'autre on poursuit en justice ceux qui veulent les utiliser ! VOYEZ L'EXEMPLE de Thierry Borne qui a été mis en liquidation judiciaire tout-à-fait illégalement par l'état Français alors qu'il a la loi européenne pour lui !!! Thierry Borne a pris une sécu qui s'appelle AMARIS, qui est beaucoup moins chère et rembourse beaucoup plus vite !
On fait de notre mieux pour répondre... On va bientôt fêter les 2 ans de cet article. Nous voulions ouvrir un débat et laisser chacun réagir... C'est réussi.
Citation "Ou pour être plus trivial : la disparition programmée de la protection sociale des plus démunis ?" La CMU pour les plus démunis ou l'aide médicale d'état pour les sans papiers ne sont pas financés par les cotisations sociales mais par l'impot
Heuuuuuuu, il répond pas à tous les commentaires, l'auteur de ce misérable article ??? Il me semble pourtant que tous ces commentaires sont très bien construit, argumentent clairement les objections, et montre bien que le bateau de la SS a déjà atteint le plancher océanique ou repose le titanic, non ?
Bonjour à tous, malheureusement l'état tiendra bon car les bastions extrèmement puissants défendent ce système mafieux. Tout d'abord les millions de fonctionnaires qui en profitent et qui peuvent par des grèves qui ne leur coutent rien paralyser le pays et donc vos activités libérales ou commerciales. Ensuite, contrairement à 1789 on ne risque plus sa tête! En gros, l'Europe condamne la France à payer des amendes qui sont réglées par...nos impôts! Nos responsables n'étant pas coupables, aucune amende personnelle à verser, aucune peine de prison, aucun risque. Enfin, notre administration est gérée par des fonctionnaires tout droit sortis du système éducatif publique dans lequel 75% des enseignants jugent l'entreprise comme un lieu d'exploitation. Le bon sens voudrait qu'ils soit reconnaissant de la richesse créée, contribuant à payer les salaires mais pour ces gens, l'argent de l'état n'est pas vraiment de l'argent. Pour le moment rien n'est plus important que garantir une paix sociale pour assurer les nombreuses places au chaud de nos trop nombreux politiciens et leur progéniture. Pour ces raisons, malheur à ceux qui pensent avoir les reins assez solides pour se battre contre le système. Le salut est dans l'exil pour ceux qui en ont les moyens. Les autres (dont je fait parti) sont fatalistes. Gérer une petite boite et ses multutudes de tracasseries fiscales et normatives ne laisse guère d'énergie pour composer avec les huissiers, les tribunaux, la répression des fraudes, l'inspection du travail...Car toutes ces armes seront braquées sur vous dès que vous exprimerez votre désir de liberté et de justice. Il tueront votre entreprise, vous dépouilleront de vos biens et vous laisseront le choix entre la misère totale et le suicide. Si vous vous supprimez, le système se rembourssera sur votre conjoint et vos enfants pour recouvrir vos dettes qui sont personnelles avec ces organismes. Gorbatchev disait à peu de chose près ceci: "c'est étonnant l'énergie que dépense la France à reproduire le système soviétique!" Aujourd'hui, c'est gagné et même avec mention!
Nicolas, je gagne environ 22000 euro par an et le RSChie me reclame 2600 euro par trimestre, alors on est loin de tes 1300 euro par ans. Si c'était le cas, les independents ne chercheraient pas à sortir de ce systeme suicidaire. Malheureusement ce n'est pas le cas. Aujourd'hui c'est décidé: RSI, je te quitte. Vous pouvez m'attaquer, le temps joue contre vous et les frais de justice me coûterons moins que votre raket. Je préfère sauver mon entreprise et ses emplois plutot que de licencier pour pouvoir donner de l'argent que je ne reverrai jamais! Il est là le véritable acte citoyen: refuser de cautionner un système qui est voué à l'échec, parcequ'aprè tout, il est peut être encore temps... Puisque la réforme ne vient pas d'en haut, elle sera imposée par le bas. En étant suffisamment nombreux, le changement en profondeur deviendra nécessaire pour rétablir la confiance. En attendant, pour moi ma décision est prise; so long RSI!
Le commentaire de Nicolas est fort juste (POSTÉE LE 09/09/2013 À 09:36). C'est une question d'assiette et de pourcentage. Hors le RSI vient de réaliser un braquage de choix sur le dividende. En effet une partie du dividende pour les actionnaires majoritaires minus 10% du capital vient de rentrer dans l'assiette, ainsi l'assiette augmente avec en sus les prélèvement libératoire sur le dividende. Le calcul est un peu plus complexe, mais le fait est que la population concernée par cette opportunité va augmenter. Le RSI vient de se tirer une balle dans le pieds en agrandissant son assiette !
Ahh lala on retrouve dans pas mal de commentaires le fameux refrain du coût du travail soit disant exorbitant en France ... sauf qu'on oublie de comparer à prestations équivalentes ... Juste un petit calcul sur l'assurance maladie : - un indépendant cotise généralement sur 6.5% de son revenu pour la partie maladie (ce qui fait, pour un revenu de 20 000 €, 1 300 € par an de cotisation, ou pour un revenu de 45 000 € une cotisation d'environ 3 000 €). - une assurance privée coûte la plupart du temps plus de 3 000 € par an pour une couverture aussi complète Conclusion : l'assurance maladie, étant donné qu'on la paye au % du revenu, est plus intéressante qu'une assurance privée pour ceux qui gagne en gros moins de 4-5000€/mois. Donc oui, le seul intérêt de quitter le régime général, c'est pour les gros revenus qui souhaitent laisser ceux qui ont le moins d'argent se débrouiller eux mêmes !
Cet article n'affirme rien, il ne prétend nullement être exhaustif, ce n'est pas une thèse sur le sujet. Il a pour objectif de poser des questions et d'ouvrir le débat. Eu égard aux multiples réactions qu'il génère, l'objectif est largement atteint. Merci donc à tous pour vos contributions, volées de bois vert exclues car foncièrement stériles et gratuites.
Vous devriez creuser plus avant cet intéressant sujet, car vous écrivez beaucoup d'inexactitudes. Personne ne prône la privatisation de la sécurité sociale, mais bel et bien sa mise en concurrence, ce qui n'a absolument rien à voir. Et si la loi française ne peut vous obliger à cotiser à la sécurité sociale, elle vous oblige cependant à cotiser à UNE assurance maladie européenne, privée ou non. Tout l'enjeu est là ... La mise en concurrence en général a des saines vertus. oserait aujourd'hui prôner un retour du monopole dans le domaine de la téléphonie mobile ou d'internet ?
Y a-t-il quelqu'un pour défendre cet article ! Help ! ... Arf ! Joke... Il est indéfendable.
comparatif : SECURITE SOCIALE Françaice pour un CA -100000 EURO COTISATION CSG CRDS COMPRIS APPROX 12000 annuel EURO + CIPAV 17000 EURO annuel + TAXE PROF REVU ... EN QUITTANT : ...SC AMARIS / 2000EURO ANNUEL RETRAITE IRLANDE 2000 ANNUEL FAITE VOUS MM LA COMPARAISON . QUI A DIT QUE LA SC F ETAIT ? OBLIGATOIRE ET SOLIDAIRE. 300 JOURS DE TRAVAIL 12H /JOUR , pas de droit a l arrêt maladie sous peine de couler sa boite , alors pour ceux et celles qui sont indep ou prof lib le choix...
haha, à priori l'auteur de cet article a hélas traité avec beaucoup de superficiel le sujet de l'article... il faut se renseigner et éviter les parti pris, chère Christine.
La solidarité étant la CMU qui est financée par l'impôt, les gens qui quittent la sécu sont donc plus solidaires puisqu'ils paient plus d'impôt(moins de charges sociales impliquant plus d'impôt). La vérité est que la sécu est mal gérée et que nous payons pour des décennies de gestion défaillante voire malhonnête. Il est temps de mettre fin à ce système qui va de toute façon disparaître à moyen terme. L'Etat en obligeant de plus plus les complémentaires santé transfère déjà une bonne partie des remboursements vers le privé...tout en maintenant un taux de prélèvement "obligatoire" confiscatoire.
La seule vraie égalité est celle de la déclaration de 1789, l'égalité en droits, étant entendu que les gens sont eux même égaux... Problème aujourd'hui la loi a été tordue pour rendre les gens inégaux, par exemple fonctionnaires et gens du privé n'ont de fait pas les mêmes droits car ils sont considérés comme inégaux aux départ, l'un se voit doté d'un emploi à vie, d'une pension retraite calculée sur les 6 derniers mois d'activités (fussent-ils à plein temps et après promotion alors que toute la carrière a été faite à temps partiel avec un salaire de base inférieur (vécu)... ), l'autre doit se contenter d'un calcul sur les 25 meilleures années et de conditions d'accès à la santé différentes (jours de carences, etc)... Concernant la sécu j'ai le droit d'avoir une bonne couverture santé si je cotise, mais en quoi est-ce un traitement égal que je doive cotiser plus qu'un autre pour avoir moins ? = Cela ne veut pas dire qu'un filet de sécurité financé par tous ne soit pas souhaitable, au titre d'une vraie solidarité pour ce qui relève des accidents de la vie, mais il faut aussi démystifier le mythe de la couverture santé inabordable pour le commun des mortels, étant entendu que les charges de la santé sur un SMIC (hors exonérations) coûtent déjà plus cher qu'une assurance privée de qualité au moins équivalente à la sécu... Finalement la seule égalité réside dans le système de retraite, car fonctionnaire ou privé dans les deux cas la répartition conduira à la faillite de celui-ci...