Frauder la CAF tiendra bientôt de la haute voltige

La fraude aux allocations familiales est un marronnier, un sujet récurrent dans l'actualité. Aladom a déjà consacré des articles sur ce sujet. En 2010, le nombre de particuliers bénéficiaires de prestations sociales et fraudeurs était estimé à 200.000, soit 2,15% des allocataires. Une fraude pas toujours volontaire... La Caisse Nationale des Allocations Familiales estimait alors que la fraude délibérée représentait à peine 0,15% du montant total des sommes versées annuellement. 

Traduit en monnaie sonnante et trébuchante, ce minuscule pourcentage représentait tout de même une somme rondelette comprise entre 540 et 808 millions d'euros. Il convient également de préciser que grâce au fichier anti-fraude et aux nombreux contrôles à domicile, la CNAF recouvrait 90% des sommes indûment versées. Ce retour au porte-monnaie permettait de réduire l'impact financier de 50 à 80 millions d'euros. 

18.000 fraudeurs aux allocs repérés en 2012

On apprend cette semaine qu'au cours de l'année 2012, les caisses d'allocations familiales ont repéré 18.000 fraudeurs, un chiffre en hausse de 20% de plus qu'en 2011, qui seraient à l'origine de détournements estimés à 119 millions d'euros pour cette même année. Les mesures anti-fraude sont donc de plus en plus efficaces. 

Le secret de la CNAF pour démasquer les petits malins : le data-mining. Kesako ? Il s'agit de logiciels qui ciblent les profils types des allocateurs susceptibles de s'essayer à l'entourloupe. Depuis 2012, ces logiciels « profilers » sont pleinement opérationnels. Pour exemple, en 2012, les contrôles au domicile des supposés arnaqueurs ont abouti à la détection d'une fraude dans 30% des cas, alors que les mêmes contrôles n'étaient efficients qu'à 23% en 2011. 

En tête du hit parade : le RSA et les allocations logement

Au palmarès des entourloupes : le RSA, qui rassemble à lui seul plus de 50% des fraudes, suivi des aides au logement avec 25%. Ne vous y risquez pas, la fraude coûte cher et elle est presque toujours démasquée. Dans plus de 90% des cas, une sanction est appliquée qui peut se traduire par une plainte en justice et les sommes indûment perçues retournent dans les caisses de la CAF. 

Dans l'esprit collectif franchouillard, il est d'usage d'imaginer que certains profiteurs s'enrichissent sans peine sur le dos des allocs et donc du portefeuille commun, c'est un mythe ! Les allocataires ne reçoivent que les sommes auxquelles ils ont droit, comme tout le monde.

 

Avez-vous déjà été reçu la visite des contrôleurs de la CAF ? Laissez-nous un commentaire.

Commentaires

jai envi de donne une information. sur un fraudeur, appelle. moi sur 0752373504. avant. le jeudi