Des vacances pour 62 % des français en 2010

Définis comme "un déplacement d'agrément d'au moins quatre nuits consécutives" par l'Organisation mondiale du tourisme, les départs en vacances font partis des ces rituels quasi-sacrés des français. Ainsi, 62 % des français de plus de 15 ans sont partis en vacances en 2010 contre 56 % des européens selon une étude du Centre d'analyse stratégique (CAS).

Intitulée "les vacances des français : favoriser le départ du plus grand nombre", cette étude, publiée le mardi 26 juillet, s'attache a comprendre les raisons des "non-départs" en vacances des français, et présente plusieurs solutions et aides à la mobilité existantes.

Pas d'évolution depuis 2001

En constante progression jusque dans les années 2000, le "taux de départ ne progresse plus depuis 10 ans" constate le CAS.  La proportion de français partant en vacances est ainsi passée de 43 % en 1964, à 65 % en 2004.

Dans les faits, les causes de non-départs sont multiples et essentiellement financières (50 %) mais également personnelles, pour des raisons de santé ou familiales (34 %). Les raisons également évoqués par le CAS sont à 29 % un choix délibéré, et à 24 % dues à un "isolement social".

Pour les 62 % partants en vacances, les conditions ont également changé. Les vacances à l'étranger se font plus rares, les français préférant partir moins loin, moins longtemps ou dans des établissements et centres moins "prestigieux", le tout pour des raisons essentiellement économiques.

Des solutions et dispositifs pour partir

Pour le CAS toutes ces raisons ne sont pas des fatalités, de nombreux dispositifs et programmes d'aides existent ou sont encore à développer.

Souhaitant rehausser ce "taux de départ" le CAS propose des actions de sensibilisation et de communication. Sont ainsi visés :  les chèques vacances (3,4 millions de français en auraient profité en 2010), mais également les centres de loisir et structures d'accueil spécialisés pour les jeunes ou les handicapés.

Enfin, le Centre d'analyse stratégique, propose la création de nouvelles aides destinées essentiellement à 4 "profils" ou publics : les personnes n'étant jamais parties en vacances (près de 3,5 millions d'adultes selon l'étude) ; les aidants familiaux ; les handicapés ; et les jeunes.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment