Des inquiétudes défavorables au tourisme et à la consommation

L'été est une saison particulièrement propices aux commerces de restauration rapide, des commerces pratiques pour les touristes et vacanciers de passage. Après des mois de régimes, de sport et de repas diététiques pour briller sur la plage, les consommateurs aiment à se faire plaisir.

Cependant, les derniers cas de contamination alimentaire, les fameuses affaires des graines de sojas tueuses et steak contaminés à l'Escherichia coli, n'ont fait que réveiller d'anciennes craintes. On se souvient encore des décès intervenus dans l'année suite à une intoxication alimentaire contractée dans une grande enseigne de restauration rapide à Avignon ou encore dans ce kebab de Chartres.

"Compte tenu de l'inquiétude d'un certain nombre de consommateurs", et afin d'éviter toute crise de panique  qui serait dramatique pour le tourisme et la consommation, les ministères de l'agriculture et celui de la consommation et du tourisme ont donc déclenché une opération nationale de contrôles sanitaires et adminsitratifs, avec le concours de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Une opération "coup de poing" pour rassurer

Souhaitant marquer les esprits, les autorités sanitaires ont ainsi "inauguré" ce plan d'action par une opération "coup de point " d'envergure nationale. En à peine 1 semaine, du 27 juin au 1er juillet, 1725 établissements alimentaires dont 1426 de restauration rapide et 299 de ventes à emporter, ont été contrôlés dans toute la France.

Au total, près de 241 avertissements ont été distribués et 9 établissements, essentiellement des restaurants indépendants, ont été contraints de fermer au moins temporairement  le temps de se mettre en règle. Pour la DGCCRF, les résultats sont révélateurs "on a fait énormément de mises en demeure et de mesures administratives [...] C'est significatif de problèmes d'hygiène". Le secrétaire d'État chargé du commerce, du tourisme et de la consommation, Frédéric Lefebvre parle lui d'un "nombre élevé d'infractions, à près de 11 %".

Des contrôles accrus tout l'été

En moyenne, le taux d'infraction annuel relevé par la DGCCRF dans ce type de commerces avoisine les 10 %. Les résultats enregistrés par la mobilisation de la semaine dernière n'en sont donc pas si loin. En conclusion, la situation n'est pas "pire" que d'habitude mais reste néanmoins préoccupante.

Avec une rencontre prévue le 11 juillet prochain,  le ministre de l'agriculture et M. Lefebvre appellent les "fédérations professionnelles et tous les acteurs de la filière à se mobiliser à travers des formations du personnel à l'hygiène et à la sécurité sanitaire des aliments".

Le dispositif de contrôle accru baptisé "opération alimentaire vacances", devrait être effectif jusqu'au 31 août a indiqué le gouvernement.

Commentaires

Je vous invite à prendre connaissance du Communiqué de presse publié par le SNARR, seule organisation professionnelle représentative du secteur de la restauration rapide en France. (www.snarr.fr)