Un médicament à administrer méticuleusement

Dans les faits, deux médicaments sont l'objet de recommandations de l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) :

  • l'Uvestérol Vitaminé ADEC utilisé pour pallier aux carences en vitamines A, D, E et C chez le nouveau-né et le nourrisson ;
  • l'Uvestérol D 1500UI/mL, utilisé pour prévenir et traiter d'éventuelles carences en vitamine D, chez le nourrisson, l'enfant de moins de 5 ans, mais également les femmes enceintes ou les personnes âgées.

Les médicaments ne sont pas dangereux en eux-mêmes, mais de par le public particulièrement sensibles auxquels ils sont adressés, leur posologies et leur modes d'administration doivent être scrupuleusement respectés. Après plusieurs malaises vagales en 2006, une campagne de sensibilisation avaient déjà été mise en place par l'Afssaps. De nouveaux cas déclarés récemment ont poussé l'agence à réitérer son appel.

Utiliser le matériel adapté

Pour l'Afssaps, les nouveaux malaises seraient dues essentiellement à un phénomène de "fausse route". Le risque heureusement rare reste cependant "potentiellement grave", les malaises vagales survenues ou apnées du nourrisson "pouvant entraîner une cyanose". Pour limiter au maximum ce risque, l'agence de santé présente plusieurs recommandations.

Ainsi, la solution doit être diluée dans dans un peu d'eau ou de lait pour toute administration d'Uvestérol Vitaminé ADEC à un nouveau-né prématuré, ainsi qu'en cas de reflux gastro-oesophagien, pour l'Uvestérol Vitaminé ADEC et l'Uvestérol D 1500UI/mL. Dans le premier cas, la solution doit être administrée à l'aide d'une tétine 2ème âge. Dans le second, il convient d'utiliser une tétine ou un biberon de faible volume.

Pour tout autre cas, l'Affsaps et les laboratoires Crinex, fournisseurs du médicaments, rappellent que si le produit peut être administré "pur" chez l'enfant, l'usage des seringues pour administration orale fournies avec les flacons est primordial, "les autres seringues étant inadaptées à l'administration orale à des nourrissons".

Enfin, de manière générale, et pour toute administration de "médicament sous forme liquide chez un nourrisson", le produit doit être administré lentement (il faut laisser le temps au bébé d'avaler naturellement) et l'enfant installé en position semi-assise (tête en légère flexion, reposée sur le bras).

Tous concernés

Destiné en premier lieu aux professionnels de santé, pharmaciens, sages femmes, pédiatres et médecins généralistes à orientation pédiatrique, les recommandations s'adressent également a toute personne susceptible d'intervenir dans l'administration de ce médicament notamment les parents et, sous certaines conditions, les assistantes maternelles.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment