Selon un communiqué, lors de sa séance du 1er décembre le Conseil d'Administration de la Fédération du Service aux Particuliers a accepté la démission de Jacques Manardo et sa proposition d'élire le vice-président, Maxime Aïach, président d'Acadomia, Shiva et de SFT, à sa place.

Le Conseil d'Administration de la FESP a profité de cette occasion pour reconfirmer la stratégie de la Fédération et en particulier :

  • maintenir pour les familles clientes des entreprises de soutien scolaire le même cadre juridique que celui réservé aux autres activités de Service à la Personne (40% de la profession) : entretien de la maison, maintien à domicile, garde d'enfants, assistance informatique et internet..., action menée par le Président Maxime Aiach, qui a réussi à ce que les sénateurs suppriment l'amendement Tardy qui devait exclure des avantages fiscaux les entreprises de soutien scolaire,
  • affirmer le statut de seule Fédération représentative de l'ensemble des formes d'emploi dans la branche (particulier employeur, mandataire, prestataire, auto-entrepreneur) en finalisant l'important dossier de la représentativité du syndicat des particuliers employeurs, action menée par sa Présidente Florence Maurin,
  • finaliser au plus vite les négociations de la Convention Collective des entreprises avec en particulier le choix de l'OPCA et de l'organisme de prévoyance.
  • L'unanimité s'est prononcée sur ces termes. Christian Lehr a été reconfirmé dans ses fonctions et terminera la négociation de la Convention Collective.

    Le Conseil a remercié Jacques Manardo pour sa contribution déterminante à la création, la construction et le développement de la Fédération transversale. Celui-ci a décidé de se consacrer au développement des entreprises qu'il dirige.

    Le Conseil d'Administration de la FESP est composé :

    • des principales entreprises leaders de production de Services (Acadomia, Adhap, Complétude, Merci +, MVAD, O2, PC 30, ToDoToday, Viadom...) qui représentent pour la plupart le Syndicat des Entreprises de Service à la Personne,
    • des administrateurs du syndicat des particuliers employeurs,
    • des majors du Service (Axa, Le Crédit Agricole, La Poste, Sodexo),
    • du président du Groupement des Professions de Service, Georges Drouin.

    Commentaires

    Tout cela se tient : http://www.marianne2.fr/Lobbying-comment-Acadomia-a-sauve-sa-peau_a183152.html
    Il est scandaleux d'utiliser un syndicat professionnel pour son seul avantage, c'est le décridibiliser et prendre ses membres cen otages. Par ailleur il me semble que le modèle d'Acadomia n'est pas conforme ni au droit du travail, ni aux loii Borloo car les professeurs sont payés par les parents mais reversent une partie de leur salaire à Acadomia! qui est, aussi, rémunéré pare les parents! Vous avez dit bizarre ...
    Ci-joint un lien intéressant!
    http://www.i-formations.fr/telechargement/actu2010-01-10.pdf
    http://www.mediapart.fr/journal/france/240912/argent-de-lump-la-liste-secrete?page_article=5 "Dans une moindre mesure, le cas de la société Acadomia, entreprise de soutien scolaire qui bataille régulièrement pour que Bercy maintienne l'avantage fiscal consenti à ses clients, fait également tiquer. Son président-fondateur, Maxime Aiach, son directeur général, Philippe Coléon, et son directeur financier, José Dinis, figurent dans la liste des 544. Sollicités par l'intermédiaire de leur service de presse, ils n'ont pas souhaité nous rappeler." donc, acadomia arrose sarko et co pour que les cours continuent à bénéficier de défiscalisations sur le dos bien sûr de la collectivité, tout ça, pour maintenir leur bout de gras qui doit être ENORME.......Et ce sont les parents qui paient 3 fois : le cours, ces gens, la défiscalisation.