Les professionnels des services à domicile appellent à rendre obligatoire par voie légale la vaccination de l'ensemble des salariés de service à la personne.

Illustration de l'article Vaccination obligatoire à partir du 15 septembre pour ceux qui travaillent au contact des personnes âgées ou fragiles

13 fédérations et organisations représentants plus de 500 000 salariés des EHPAD et des aides à domicile répondent à l’appel de Brigitte BOURGUIGNON

Vaccination obligatoire pour les salariés des services à la personne ?

Alors qu'un milion de rendez-vous pour des vaccins ont été pris en quelques heures suite aux annonces faites par Emmanuel Macron le 12 juillet, la FESP appelle à rendre obligatoire par voie légale la vaccination de l'ensemble des salariés de service à la personne. D’ici au 15 septembre la vaccination sera rendue obligatoire pour tous les soignants et les personnels d’hôpitaux, cliniques, maisons de retraite, établissements pour personnes handicapées et pour ceux travaillant au contact des personnes âgées ou fragiles, y compris à domicile.

Le 7 juillet, L’ADMR, l’UNA, l’ADEDOM, la FEDESAP, la FESP, la Fnaafp/CSF, la FNAQPA, la FNADEPA, la CNDEPAH, l’UNIOPSS, le CNP de gériatrie, MCOOR, la Mutualité Française avaient signé une déclaration commune proposée par le Gouvernement aux acteurs du système de santé. Ces organisations représentent environ 500 000 salariés du secteur du grand âge et de l’autonomie.

Ils répondaient ainsi à l’appel lancé le 7 juillet à l’ensemble des fédérations du grand âge et de l’autonomie par Brigitte BOURGUIGNON, ministre déléguée, chargée de l’Autonomie, pour encourager à la vaccination contre la Covid-19 les professionnels du soin et de l’accompagnement et aller vers l’obligation vaccinale de ces professionnels. 13 fédérations et organisations parmi les plus représentatives du secteur des établissements et de l’aide à domicile avaient répondu favorablement à l'appel.

L’engagement de ces acteurs en faveur de la déclaration permettra d’accroître la vaccination des professionnels pour protéger les personnes accompagnées, les résidents et les professionnels eux-mêmes des formes graves de Covid-19.

La vaccination de ces personnels doit permettre de limiter l’émergence d’une quatrième vague, en établissement ou au sein des services d’aide et de soin à domicile.

Pour Brigitte Bourguignon : « La vaccination contre la Covid-19 des personnels de santé, du soin et de l’accompagnement en EHPAD et à domicile est d’abord une obligation morale, avant d’être une obligation légale demain. Merci de votre choix en responsabilité. »

La FESP a signé l'appel lancé le 7 juillet à l'ensemble des fédérations du grand âge et de l'autonomie par Brigitte BOURGUIGNON, ministre déléguée, chargée de l'Autonomie, pour encourager à la vaccination contre la Covid-19 les professionnels du soin et de l'accompagnement et aller vers l'obligation vaccinale de ces professionnels.

Dès le mois de mars 2021, la FESP avait déjà fait savoir au gouvernement son engagement à ce que ses membres déploient un travail de pédagogie auprès des salariés, afin de les encourager à se faire vacciner en accompagnant leurs démarches. 

De manière corollaire, elle avait appelé les pouvoirs publics à mettre en place une procédure privilégiée qui permettait une vaccination prioritaire.

La FESP (Fédération du Service aux Particuliers) appelle à étendre cette démarche à l'ensemble des salariés des Services à la personne.

Pour Antoine Grézaud, directeur général de la FESP, « Ce n'est que par la loi que l'on peut rendre obligatoire - et applicable -  la vaccination de nos salariés. Cela ne peut s'imaginer reposer sur nos dirigeants de structures. Si le gouvernement prend le chemin d'une telle loi, il ne doit pas s'arrêter aux professionnels du maintien à domicile, mais à l'ensemble du personnel des services à la personne ».

 

Découvrir les offres pour les pros
Aladom

Professionnels du secteur

VISIBILITÉ, RÉFÉRENCEMENT, RECRUTEMENT,
DÉVELOPPEMENT CLIENTÈLE

découvrir les offres pour les pros
Commentaires
5 août 2021

Peu cohérent.. Alors seuls les bénéficiaires de l'APA ou de la PCH (aides de l'état) seront assurés d'un(e) auxiliaire vacciné(e)..
Que fait on des autres bénéficiaires tout aussi dépendants..
leur santé a t-elle moins de valeur??

15 juil. 2021

La vaccination contre le Covid-19 devient obligatoire pour l'ensemble des professionnels qui sont en contact avec des personnes fragiles à protéger. Cela concerne donc, d'après le ministère de la Santé et des Solidarités, tous les personnels des établissements de santé, y compris administratifs : hôpitaux, cliniques, Ehpad, établissements médico-sociaux, structures rattachées aux établissements de santé. Cela concerne aussi toutes les aides à domicile accompagnant les personnes fragiles âgées (bénéficiaires de l'allocation personnalisée d'autonomie, APA) et handicapées (bénéficiaires de la prestation de compensation du handicap, PCH), qu'elles interviennent en tant qu'employées de services d'aide à domicile ou soient directement salariées par un particulier employeur. Les transports sanitaires mais aussi tous les professionnels de santé libéraux, les services de santé au travail et les pompiers, professionnels comme bénévoles, entrent dans le périmètre de cette vaccination obligatoire.

Le projet de loi transmis ce mardi au Conseil d'Etat portera une obligation vaccinale à compter du 15 septembre, date à laquelle des contrôles pourront avoir lieu et avec eux, l'application des sanctions. Au total, ce sont quelque 4 millions de personnes qui sont concernées, dont 1,5 million de non-vaccinées.
La future loi comportera « une disposition particulière » pour permettre de suspendre le contrat de travail du salarié qui ne respectera pas l'obligation de vaccination « car la personne ne sera pas en situation d'exercer son métier », a expliqué ce mardi la ministre du Travail sur LCI. La suspension d'exercice de l'activité qui s'accompagnerait d'une suspension de la rémunération durerait jusqu'à la fin du schéma vaccinal. ELisabeth Borne a parlé d'« un mois ou six semaines ». Si le salarié persiste, une « procédure normale de sanction » qui pourra aller d'« une mise à pied de quelques jours » jusqu'au « licenciement » pourra être engagée, a-t-elle précisé.

S'agissant du contrôle de la vaccination obligatoire, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a expliqué sur Europe 1 que ce sont les employeurs qui seront chargés de le mener. Ainsi, « pour un soignant travaillant dans un établissement hospitalier, c'est la direction de l'hôpital. Pour un professionnel de santé libéral, c'est l'Agence régionale de santé, la Caisse primaire d'assurance-maladie », a-t-il précisé

13 juil. 2021

La vaccination est une chance, pour soi et les autres. Une grande majorité des soignants est déjà protégée. J'invite ceux qui ne le sont pas à se faire vacciner sans délai. Une loi prévoira qu'à compter du 15 septembre, des contrôles seront effectués, et des sanctions appliquées.

13 juil. 2021

Près d’1,3 millions de Français ont pris leur rendez-vous de vaccination sur #Doctolib depuis les annonces gouvernementales d'hier soir.
C'est une mobilisation record. Un énorme merci à toutes les équipes Doctolib qui ont travaillé cette nuit pour rendre cela possible. Nous sommes honorés d'agir au côté des soignants, hôpitaux et villes et restons mobilisés ensemble.