Avec le dispositif Parcours Emploi Compétences, l’Etat offre un soutien financier aux associations pour créer des emplois aux personnes en difficulté, y compris dans le secteur de l’aide à la personne. En 2021, cela pourrait concerner 150 000 personnes, dont la moitié de jeunes de moins de 26 ans.

Illustration de l'article Parcours Emploi Compétences : les associations sont incitées à recruter des jeunes et des personnes en difficulté

Olivia Grégoire, Secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale, solidaire et responsable

Dans le contexte de crise actuel lié au Covid-19, les chiffres du chômage ne sont pas bons. Pour 2020, la hausse du nombre de chômeurs a atteint 7,5 %. Les jeunes sont particulièrement touchés. En un an, entre le troisième trimestre 2019 et la même période de 2020, le nombre de chômeurs de moins de 24 ans a bondi de 16 %. En effet, dès le début de la crise sanitaire, les entreprises ont supprimé massivement les missions d’intérim, et ont choisi de ne pas renouveler ou de réduire les CDD (où les jeunes sont surreprésentés).

C’est dans ce contexte que le gouvernement veut mettre en avant les Parcours Emploi Compétences, initiés dans le cadre de France Relance et du plan « 1 jeune, 1 solution ».

Qu’est-ce qu’une Parcours Emploi Compétences ?

Un PEC ou Parcours Emploi Compétences est un contrat aidé, destiné à des personnes éloignées de l’emploi qui rencontrent des difficultés sociales et professionnelles. Il leur permet de s’engager dans une expérience professionnelle, en étant accompagnés par l’employeur et par le service public de l’emploi.

En contrepartie du parcours d’accompagnement qu’il met en place, l’employeur du secteur non-marchand perçoit une aide. Elle est de :

  • 80 % du Smic brut pour les résidents des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) et des zones de revitalisation rurale (ZRR) ;
  • 65 % du Smic brut pour les jeunes de moins de 26 ans ou les travailleurs handicapés de moins de 31 ans.
  • 30 à 60 % pour les autres publics.

Le recruteur est exonéré :

  • des cotisations patronales (dans la limite du Smic);
  • de la taxe sur les salaires ;
  • de la taxe d’apprentissage ;
  • des participations dues au titre de l’effort de construction ;
  • des indemnités de fin de contrat pour un CDD.

Des aides à l’embauche pour les associations de l’économie sociale et solidaire

Olivia Grégoire, secrétaire d’État chargée de l’Économie Sociale, Solidaire et Responsable Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance, espère ainsi toucher les associations employeuses de l’économie sociale et solidaire. D’ici 2025, 750 000 emplois qui seront à renouveler dans le secteur.

Dans le secteur non-lucratif de l’aide, de l’accompagnement, des soins et services à domicile, les besoins sont importants. On compte aujourd’hui 5 000 structures associatives regroupées au sein des 4 fédérations du domicile (Adedom, ADMR, FNAAFP/CSF, UNA). Elles regroupent 200 000 intervenants à domicile (aides à domicile, auxiliaires de vie sociale, aides-soignantes). Elles devraient réaliser plus de 20 000 recrutements par an mais, faute de candidats, les structures peinent à recruter dans ce secteur des métiers de l’aide à la personne.

Des métiers d'avenir pour les jeunes sans emploi ni formation

En 2019, 12,9 % des jeunes de 15-29 ans étaient sans emploi ni formation, et le taux de chômage des moins de 25 ans était déjà supérieur à la moyenne nationale (autour des 20 % en 2018 et en 2019).

Par ailleurs, près de trois millions de personnes sont désormais à la recherche d’un contrat de travail depuis au moins un an (dans les catégories A, B et C). Un chiffre qui s’est encore accru de +1,7 % au dernier trimestre 2020. Sur l’ensemble de 2020, il avait été de +8,6 %.

Pour les jeunes (et les moins jeunes) à la recherche d'un métier qui a du sens, et prêtes à saisir des opportunités dans un secteur porteur, ces métiers du service à la personne représentent de réelles opportunités sur le long terme. 

Une autre possibilité est de se former en alternance

Aladom.fr, le référent de la petite annonce dans le secteur de l’aide à domicile, permet de recruter des auxiliaires de vie et des aides aux personnes âgées dans toute la France.

Son offre pro permet aux professionnels de trouver leurs futurs collaborateurs grâce à 2 outils complémentaires : la multidiffusion d'offres d'emploi et l'accès à la CVthèque d'Aladomest spécialement destinée aux structures publiques et privées.

Pour mieux faire connaître ce dispositif et accompagner sa prise en main, les ministères concernés ont développé des outils à destination des associations. Ils sont  disponibles ici pour le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion et ici  pour le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance.

Découvrir les offres pour les pros
Aladom

Professionnels du secteur

VISIBILITÉ, RÉFÉRENCEMENT, RECRUTEMENT,
DÉVELOPPEMENT CLIENTÈLE

découvrir les offres pour les pros
Commentaires
Il n'y a pas de commentaires pour le moment