Selon une étude de la DREES parue aujourd'hui, la forte augmentation du nombre de seniors en France d'ici à 2030 pourrait imposer de doubler le rythme d'ouvertures de places en EHPAD. Mais d'autres solutions comme le maintien à domicile avec une auxiliaire de vie ou les résidences autonomie pourraient être encouragées.

Illustration de l'article Etude de la DREES sur les personnes âgées en 2030 : l'accueil à domicile comme alternative aux EHPAD

En 2030 il y aura en France 21 millions de personnes âgées de plus de 60 ans.

Faudra-t-il augmenter le nombre de places disponibles en EHPAD, ou plutôt accélérer encore plus le maintien à domicile avec la visite d'une auxilliaire de vie ?

Selon une étude de la DREES parue aujourd'hui, le nombre de seniors de plus de 60 ans n'a de cesse de croître. En 2030, en France, ils seront 3 millions de plus que l'année dernière, soit 21 millions.

Se posera alors le problème de leur hébergement, qui sera plus ou moins préoccupant selon l'état de santé des seniors. Si l'espérance de vie sans perte d'autonomie augmentait comme l'espérance de vie globale, le rythme d'ouverture de places observé en EHPAD depuis 2012 serait suffisant pour accueillir les seniors en perte d'autonomie entre 2020 et 2050. Mais c'est l'hypothèse la plus optimiste.

Si les pratiques actuelles d'entrée en établissement d'hébergement pour personne âgée dépendante (EHPAD)  restent les mêmes, il faudrait « doubler dans la durée le rythme d'ouvertures de places observé depuis 2012 », selon le modèle de projection Lieux de vie et autonomie (LIVIA) de la DREES.

Le rapport de la direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (DREES) indique que l'on compterait 108 000 résidents de plus à accueillir en EHPAD entre 2019 et 2030. Ensuite, entre 2030 et 2050, il y en aurait encore 211 000 de plus.

Faut-il dans ce cas construire de nouveaux établissements pour augmenter le nombre de lits ? D'autres solutions existent, parmi lesquelles le maintien à domicile, et les résidences autonomie.

Les alternatives aux EHPAD en 2030

Le maintien à domicile

Le maintien à domicile est la solution plébiscitée par les politiques actuelles. Bénéficier de l'aide à domicile permet de retarder, voire d'éviter l'entrée en EHPAD.

Une auxiliaire de vie sociale ou AVS, et une aide à domicile font les mêmes choses. La seconde peut exercer sans le DEAES (diplôme d'Etat d’accompagnant éducatif et social). Elles aident dans tous les gestes de la vie quotidienne (repas, toilette, ménage, linge...), pour les promenades et les sorties, et pour les démarches administratives. En revanche, elles ne font pas les soins, et ne donnent pas de médicaments. Elles peuvent être payées grâce à l'allocation personnalisée d'autonomie (Apa). Elles peuvent être employées par un service d’aide à domicile, un centre communal d’action sociale ou en direct, par un particulier employeur. Aladom.fr, le référent de la petite annonce dans le service à la personne, propose des annonces pour trouver une auxiliaire de vie pour personne âgée dans toute la France. 

Les services de soin à domicile (SSIAD) sont des services de soins infirmiers à domicile qui permettent de continuer à vivre chez soi après une hospitalisation, ou pour éviter une hospitalisation. Ils sont aussi un moyen d'éviter ou de retarder une entrée dans un établissement d'hébergement. Les services de soin à domicile sont destinés aux personnes âgées de plus de 60 ans malades ou en perte d’autonomie, aux personnes handicapées et aux personnes atteintes d’une maladie chronique.

Les résidences autonomie

Si le nombre de places en EHPAD évoluait comme prévu par les scénarios (les EHPAD se concentrant sur l'accueil des seniors les plus dépendants), il faudrait alors continuer de développer le nombre de personnes en résidence autonomie. À l'heure actuelle, les personnes âgées en résidence autonomie (ex-logements-foyers) sont un peu plus de 100 000. Elles devraient être 1,5 à 2,5 fois plus en 2030.

Pour rappel, ce type d'habitation accueille des personnes âgées autonomes qui n'ont plus envie de vivre chez elles, ou qui ne le peuvent plus (à cause d’une baisse de revenus, de difficultés d’accès aux commerces, d’un sentiment d’isolement…). 

Découvrir les offres pour les pros
Aladom

Professionnels du secteur

VISIBILITÉ, RÉFÉRENCEMENT, RECRUTEMENT,
DÉVELOPPEMENT CLIENTÈLE

découvrir les offres pour les pros
Commentaires
Il n'y a pas de commentaires pour le moment