RSA : Un sujet suivi de près

 

La DREES a déjà réalisé une enquête sur la réinsertion des bénéficiaires du RSA (https://www.aladom.fr/actualites/secteur-service/8561/enquete-sur-la-reinsertion-des-beneficiaires-du-rsa/.). Il ressortait, entres autres, qu’il fallait : « environ 94 jours d’attente entre la demande de RSA et l’orientation vers un parcours d’insertion professionnelle, ou encore, que les bénéficiaires du RSA étaient soumis à des droits et devoirs. ».

Le CER est un contrat d’engagement réciproque. Ce contrat permet de matérialiser les engagements de chaque partie. Nous pouvons trouver au sein de ces engagements : l’obligation de rechercher un emploi, de se former ou encore d’engager les démarches en vue de lancer sa propre activité afin d’exercer.

La mise en place de ces actions a porté leurs fruits car d’après l’étude portant sur l’année 2017 et publié en date du 07 février 2019 de la DREES, il s’avère que ce sont les personnes qui touchent le RSA qui sont les plus suivies dans leur réinsertion professionnelle.

Le but de cette étude étant de pouvoir avoir des données chiffrées afin d’améliorer la prise en charge des bénéficiaires du RSA.

 

Les chiffres de la nouvelle enquête

Cette nouvelle enquête montre que Pôle Emploi prend en charge plus rapidement et efficacement les bénéficiaires du RSA parmi toutes les personnes inscrites au sein de leur service.  

Il est utile de savoir qu’au sein de Pôle Emploi, les demandeurs d’emplois sont classés en 6 catégories ( A,B,C,D,E) et que l’étude ne vise que ceux présents dans les catégories A,B,C. 

Cette prise en charge est faite au travers soit d’un accompagnement renforcé ou d’un accompagnement global. Les chiffres opposent les bénéficiaires du RSA aux non-bénéficiaires et il ressort que :

-        24 % contre 16% des non-bénéficiaires possède un accompagnement renforcé ;

-        5% contre 1 % des non-bénéficiaires ne profite pas d’un accompagnement global. 

Dans ces accompagnements, il faut inclure les Contrats d’Engagements réciproques. Ils possèdent des contenus variés mais avec pour point commun le fait qu’ils engagent les bénéficiaires du RSA sur des voies professionnelles ou vers des formations, par exemple :

- 22 % des CER contiennent au moins une action visant à s'inscrire dans un parcours de recherche d'emploi

- 13 % au moins une action visant à trouver des activités, des stages ou des formations destinés à acquérir des compétences professionnelles

 

A savoir que 56% des bénéficiaires du RSA sont suivis par d’autres organismes que par Pôle Emploi.

 

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter les chiffres de l'enquête ici

 

 

 

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment