Réforme du Lycée

En novembre 2017, le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer avait chargé une commission sous l’égide de Pierre Mathiot de définir si le bac correspondait bel et bien aux besoins de notre temps. Pour la commission, le constat était le suivant : 

  • L’examen du bac ne préparait pas assez les étudiants aux études supérieures
  • L’organisation du bac était trop lourde et coûteuse
  • Le bac concentrait trop d’épreuves d’un coup, ce qui ne reflèterait pas de la réelle assiduité d’un lycéen tout au cours de sa vie lycéenne
  • Et finalement, le bac était un « dinosaure » pédagogique hérité d’une autre génération et d’un autre temps

Pour résoudre ces problèmes de fond, le gouvernement a donc décidé de changer un certain nombre de points fondamentaux du bac, principalement pour les séries générales. Et puisque cette réforme concerne principalement les séries générales, c’est surtout sur elles que nous allons nous pencher.  

Petit rappel sur « l’ancien » bac

La France a une longue tradition de division du bac en « filières ». On pouvait déjà constater l’existence du bac à filières dès le XIIIème siècle (arts, médecine, droit et théologie), mais c’est surtout à partir de la réforme napoléonienne de 1808 et la première moitié du XIXème siècle que le bac au sens moderne a fait son apparition (bac ès lettres et bac ès sciences).   

Dans le même esprit, le bac a continué d’évoluer au cours des décennies pour devenir ce qu’il a été jusqu’à la fin du XXème siècle et les débuts 2000. Dans cette lignée, le bac tel que nous le connaissions avant la réforme était divisé en trois « filières » comprenant des « séries » spécialisées :

  • La filière générale ayant 3 séries spécialisées (bac de 12 à 16 épreuves + 2 épreuves facultatives)
  • La filière technologique ayant 7 séries spécialisées (bac de 12 à 16 épreuves + 2 épreuves facultatives)
  • La filière professionnelle ayant plus de 90 spécialités possibles (7 épreuves dont 50% de contrôle continu + 2 épreuves facultatives)

L’une des critiques principales du gouvernement concernait les taux de réussite très élevés au bac pour ces 3 filières : 

  • 91% au bac général
  • 90% au bac technologique
  • 81% au bac professionnel

Cela amenait à se poser des questions sur la pertinence du bac, et sur les améliorations potentielles à y apporter indépendamment des filières. Mais la réforme du lycée s’est principalement concentrée sur la filière générale. 

Le nouveau bac

Les points importants du nouveau bac sont finalement assez simples à comprendre. En résumé, à partir de 2021 : 

  • Le nouveau bac aura une part continue (30% issu d’épreuves et 10% issu des bulletins de notes, pour un total de 40%) évaluée tout au long de la scolarité de l’étudiant.
  • Le nouveau bac aura une part terminale (60%) évaluée par les épreuves terminales du bac telles qu’on les connaît.
  • En première, les épreuves anticipées de français se dérouleront comme pour l’ancien bac.
  • En terminale, il y aura deux épreuves écrites de spécialité au printemps et deux épreuves de philosophie, écrite et orale, en juin.
  • Le contrôle continu sera évalué grâce à des épreuves communes en première et en terminale.

Et certains aspects du bac resteront inchangés par rapport à l’ancien bac : 

  • Il faudra toujours une moyenne générale de 10/20 pour obtenir son bac
  • Il n’y aura toujours pas de note éliminatoire
  • Les mentions et les compensations seront maintenues
  • L’oral de rattrapage existera toujours

La fin des séries ?

Le changement le plus radical de cette réforme reste la suppression des « séries », tradition centenaire. Mais fin des séries de signifie pas pour autant fin des spécialités, et à défaut de voir des spécialités sur le papier, on peut quand même les voir se dessiner « de facto » par le choix d’enseignements spécialisés et optionnels. 

Voici le planning des séries générales à partir de 2021

1. Le cursus commun à tous les lycéens des filières générales sera le suivant :

Première :

  • Français:  4h
  • Histoire-Géographie : 3h
  • Enseignement Moral et Civique : 0h30
  • LV1 et LV2 : 4h30
  • EPS : 2h
  • Humanités scientifiques et numériques : 2h

Terminale :

  • Philosophie : 4h
  • Histoire-Géographie : 3h
  • Enseignement Moral et Civique : 0h30
  • LV1 et LV2 : 4h
  • EPS : 2h
  • Humanités scientifiques et numériques : 2h

2. À tout ça, il faudra y ajouter les spécialités propres à chacun. Les étudiants devront choisir :

  • En première, 3 spécialités (4 heures de chaque, donc 12 heures au total)
  • En terminale, 2 spécialités parmi les 3 choisies en première (6 heures de chaque, donc 12 heures au total également)

Voici la liste des spécialités que les étudiants pourront choisir : 

  • Arts
  • Histoire-Géographie et Sciences politiques
  • Littérature et Philosophie
  • Langues et Littératures étrangères
  • Mathématiques
  • Informatique
  • SVT
  • Sciences économiques et sociales
  • Physique-Chimie

On retrouvera donc tous les cours que l’on pouvait retrouver à l’époque du bac à filières et séries.   

3. Et enfin, il y aura également la possibilité de choisir des enseignements facultatifs :

  • Chaque enseignement facultatif sera d’une durée de 3 heures
  • Le lycéen pourra choisir 1 enseignement facultatif en première, puis 1 enseignement facultatif de plus en première

Parmi les enseignements facultatifs, on retrouvera : 

  • Les arts
  • L’EPS
  • Une LV3
  • Mathématiques expertes (terminale)
  • Mathématiques complémentaires (terminale)
  • Droit (terminale)

En conclusion

En résumé, les changements principaux seront : 

  • Une suppression des filières générales (S, ES et L)
  • Un socle commun pour tous les étudiants
  • Le choix de spécialités pour définir sa propre « filière »
  • L’importance des notes obtenues tout au long du lycée (contrôle continu)
  • Une réduction du nombre d’épreuves au bac « terminal » 

On peut donc dire que les modifications apportées aux filières générales sont assez « radicales », puisqu’elles rompent avec une tradition centenaire pour un modèle plus « anglo-saxon ». Et il ne sera possible d’évaluer la pertinence de ces modifications qu’à partir des premières générations de bachelier à partir de 2021. 

Les filières technologiques et professionnelles, quant à elles, ne connaîtront pas de modifications radicales, et les bacheliers de ces filières pourront donc dormir sur leurs deux oreilles.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment