Enquête sur les établissements dédié à Alzheimer

La Fondation Médéric Alzheimer réalise régulièrement des enquêtes permettant de recenser l'ensemble des dispositifs d'hébergement relatifs à la maladie d'Alzheimer.

Dans le cadre de la Journée du 21 septembre, dédiée à la maladie Alzheimer, la Fondation publie une enquête consacrée aux établissements entièrement dédiés aux personnes malades.

L'hébergement des personnes âgées dépendantes en France

Il y a en France,

8 000 établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes regroupant environ 600 000 places médicalisées. 

Parmi ces établissements, 3 000 se sont dotés d'hébergements spécifiques pour les personnes présentant des troubles cognitifs. Il y a environ 52 000 places dans les unités spécifiques Alzheimer et 2500 places dans les unités d'hébergement renforcé. 

134 établissements sont entièrement dédiés à la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, ce qui représente 7000 places.

Les grandes caractéristiques des établissements dédiés à Alzheimer

134 établissements médico-sociaux pour personnes âgées sont entièrement dédiés aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, dont 121 EHPAD. Leur capacité moyenne est de 52 places.

78 % de ces établissements ont été construits spécialement pour accueillir des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

La quasi-totalité de ces établissements proposent des activités de type social, ludique et culturel, des activités occupationnelles, une stimulation sensorielle et physique et des thérapies non-médicamenteuses.

82 % proposent à leurs résidents un programme d'activités individualisé.

86 % ont mis en place des horaires de lever et de coucher variables selon les habitudes des résidents.

27 % sont équipés d'une cuisine accessible aux résidents en permanence.

Pour 76 % des établissements entièrement dédiés, le projet de soins spécifique et individualisé fait partie des principaux critères les caractérisant.

Les spécificités des établissements ALZHEIMER

Les établissements dédiés à la maladie d'Alzheimer sont des établissements de petite taille : 52 places en moyenne contre 74 places pour les établissements d'hébergement accueillant des personnes âgées dépendantes.

81 % de ces établissements appartiennent au secteur privé contre 52 % pour les autres établissements.

Le principal critère d'entrée des personnes malades dans les établissements entièrement dédiés, cité par 83 % des établissements, est la prise en charge des troubles du comportement productifs (agressivité, déambulation, cris) alors que dans les unités spécifiques Alzheimer installées dans des établissements pour personnes âgées, c'est la prévention des fugues qui est le principal critère d'entrée.

Les trois quarts de ces établissements ont été construits spécifiquement pour accueillir les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Quelques modèles alternatifs

A côté de ces établissements qui en dépit de leur spécialisation, restent dans le modèle des structures médico-sociales d'hébergement pour personnes âgées, il existe des solutions alternatives pour prendre en charge ces personnes. Trois expériences originales méritent d'être présentées :

  • les domiciles partagés, situés dans le Morbihan et dont la création émane des communes et des familles de personnes malades. Ils accueillent un petit nombre de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer dans des lieux de vie intermédiaires entre le domicile et l'institution.
  • les "Domiciles Protégés" à Dijon, gérés par la Fédosad : c'est un EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) "hors les murs", éclaté en plusieurs petites unités de vie accueillant jusqu'à sept personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.
  • le foyer d'accueil médicalisé pour "malades jeunes" (personnes de moins de 60 ans atteintes de la maladie d'Alzheimer) de Cesson (77) récemment inauguré pour combler l'absence d'établissements adaptés à ces personnes.

La Fondation Médéric Alzheimer

La Fondation Médéric Alzheimer est la première Fondation reconnue d'utilité publique (décret du 26 août 1999) entièrement consacrée à la maladie d'Alzheimer. Elle a été créée en 1999 par le groupe Médéric, devenu depuis Malakoff-Médéric, un des principaux groupes français de protection sociale. Dotée à sa création de 76 millions d'euros par Médéric, son but principal est de promouvoir toute action et recherche sociale ou médico-sociale destinées à promouvoir et valoriser la place et le statut des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, à améliorer la qualité de vie des personnes malades, et celle de leurs aidants qu'ils soient familiaux, bénévoles ou professionnels.

Commentaires

directeur d'ESMS publics en métropole titulaire d'un DESS d'économie de la santé CPDG de Grenoble vieillissement de la population dirigé par Michel Frossard stagiaire dans le service de robert Leroux à Vierzon je vis depuis 2 ans en Nouvelle Calédonie où je conseille et accompagne des projets de construction ou de réhabilitation d'EHPAD la Calédonie est encore peu pourvue en équipements dédiés aux malades Alzheimer en lien avec les 3 provinces et le gouvernement de pays je souhaite proposer un modèle de structure adaptée aux besoins locaux ainsi qu'à l'environnement climatique et culturel ces structures auraient des tailles de 20 à 40 places et seraient en lien de mutualisation pour les fonctions supports afin de garantir l'équilibre économique du dispositif je cherche des conseils et des aides pour les études et les cahiers des charges à élaborer à partir d'une réflexion calédonienne trans-culturelle sur la vie, la santé, la maladie, la mort, le mourir ..., la dépendance pensez-vois pouvoir nous conseiller dans cette démarche et nous aider techniquement et/ou financièrement dans l'élaboration de ce modèle océanien de structure d'accueil permanent et temporaire (jour, nuit, répit, baluchonnage). plus largement, nous entamons une réflexion de pays sur un modèle de santé publique océanien et particulièrement kanak qui permettrait aux cultures médicales et médicinales ancestrales de de piloter et de participer les/aux projets de soins : c'est l'esprit Do Kamo j'espère que votre fondation sera intéressée par la démarche et pourra nous apporter une aide cordialement andré bardot-negroni