Homejoy devant les tribunaux américains

La société Homejoy, spécialiste des services du ménage à domicile aux USA, est une start-up basée à San Francisco qui a levé près de 40 millions de $. Elle doit actuellement répondre à des attaques en justice aux USA. Cette entreprise avait lancé son service en France en région parisienne sur le même modèle qu'Helpling (utilisation d'auto-entrepreneur pour réduire les coûts). 

Homejoy devra s'expliquer sur sa pratique devant le juge. Cette information concernant les problèmes de cette société avec la justice a été révélée tout récemment par le Business Times. Pour le journal, l'enjeu de ce litige est de taille dans la mesure où son issue pourrait changer la donne du modèle économique proposé par la start-up. Cette enseigne n'est pas la seule à être poursuivie devant les tribunaux. Et pour cause, Lyft et Uber sont aussi engagées dans de telles poursuites en Californie.

Un salaire minimum et des heures supplémentaires

A la question de savoir les motifs de cette action contre Homejoy devant les juridictions américaines, il ressort que l'entreprise fait l'objet en fait de deux poursuites. Il y a d'une part un procès intenté par l'ensemble des employés de la société à travers une action collective.

D'autre part, la start-up est convoquée devant les juges pour des questions liées au traitement salarial de ses travailleurs. En effet, le spécialiste des services du ménage est poursuivi par ses employés qui réclament le paiement d'un salaire minimum et des heures supplémentaires. Les salariées de cette structure estiment qu'une telle injustice doit être corrigée afin qu'ils puissent bénéficier d'un mieux-être. L'autre grief soulevé contre Homejoy est le fait que l'entreprise fait payer certaines charges par les employés eux-mêmes. Une situation que ces derniers n'apprécient guère. Ce qui justifie d'ailleurs cette poursuite en justice par les salariés qui entendent avoir gain de cause à l'issue de ce procès. 

A l'analyse des principales motivations de cette action judiciaire contre Homejoy, c'est le principe de fonctionnement de la start-up qui est totalement remis en cause. Pour des raisons qui lui sont propres, la société travaille avec des personnes chargées du nettoyage qui ne sont pas directement salariés. Ce montage permet de réaliser des économies non négligeables puisque Homejoy ne paie pas certains frais. Le verdict est donc très attendu dans cette affaire dans la mesure où les choses pourraient changer en cas de victoire de la partie plaignante. Il s'agira en effet de déterminer le statut véritable du personnel employé par la start-up pour ses services de nettoyage à domicile. 

Doit-on considérer que ceux qui sont chargés du nettoyage font partie intégrante des services de cette société ? Ou au contraire s'aligner les arguments de Homejoy qui estime qu'elle est simplement une plateforme de mise en relation entre les consommateurs et les nettoyeurs ? C'est tout l'enjeu de cette poursuite aux USA. D'ailleurs, l'autre volet de cette bataille juridique relatif au salaire minimum et au paiement des heures supplémentaires pourrait aussi remettre en cause la viabilité de la société.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment