La France à la traîne sur le télétravail 

La France est à la traîne. Que les salariés d'une entreprise ne soient pas présents physiquement sur un lieu de travail, ça ne passe pas. Résultat, il n'y a guère que 9% des salariés qui exercent leur profession à distance, ce qui est tout de même deux fois moins que la moyenne européenne, trois fois moins que nos voisins scandinaves. 

Et pourtant... Le gouvernement y croit. Pour lui, le télétravail est une solution à creuser, surtout en temps de crise. A l'occasion d'une conférence donnée à Bercy, le secrétaire d'Etat aux PME, Frédéric Lefebvre a récemment déclaré : « c'est une idée de croissance pour l'avenir de notre pays ». Il emboite ainsi le pas au ministre de l'Economie numérique, Eric Besson qui avait lancé le plan numérique 2020 en juillet dernier pour favoriser notamment l'essor du télétravail. 

France et télétravail : un problème d'abord culturel

Alors, pourquoi est-ce que ça coince ? Selon le président de l'Association française du télétravail, Philippe Planterose, « le problème est avant tout culturel. Chez nous, les managers préfèrent le commandement de visu ». De là à y voir une difficulté à faire confiance, un besoin permanent de surveiller le salarié, il n'y a qu'un pas. 

C'est dommage, car faut-il le rappeler, le télétravail offre de nombreux avantages. Fini les trajets pour se rendre au bureau, parfois longs et pénibles aux heures de pointe. Moins de stress, donc des employés plus détendus, plus disponibles et plus efficaces. Sans compter à une autre échelle l'intérêt évident de la réduction des mouvements pendulaires, la réduction de l'utilisation de la voiture et par conséquent de l'émission de C02. Le télétravail, c'est bon pour la santé et c'est vert ! 

Comment passer au télétravail ?

Côté obligations légales, il existe depuis 2005 un accord cadre européen et un accord national interprofessionnel. Ils définissent le cadre juridique du télétravail. Concrètement, le passage du bureau au télétravail, même occasionnel, relève d'une entente entre employeur et salarié. Une modification du contrat de travail ou l'ajout d'un avenant s'impose.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment