En Bretagne, l'enseignement catholique occupe une place importante. Il accueille pas moins de 42% des élèves de maternelle, primaire et secondaire, soit un total de 252 000 élèves pour 16 500 professeurs et 8000 employés non enseignants. Quelques milliers de personnes ont battu le pavé rennais début novembre pour exprimer leur inquiétude avant l'examen du budget 2012 par le Parlement, un budget annoncé par François Fillon comme devant être « parmi les plus rigoureux depuis 1945 ». 

Rien qu'au cours des cinq dernières années, les quatre diocèses que compte la région ont perdu plus de 700 postes (enseignement agricole compris) alors que dans le même temps, le nombre d'élèves accueillis augmentait de quelques 6 000 enfants. Trop c'est trop ou plutôt « Trop peu c'est trop peu », sont venus clamer parents et enseignants ce samedi à Rennes. 

Selon Luc Viehé du Syndicat des personnels de l'enseignement libre catholique (Spelc) « le minimum du minimum, c'est de cesser les suppressions d'emplois dès la prochaine rentrée. Appliquer les 14.000 suppressions dans le public et les 1.300 dans le privé, c'est aller droit à la catastrophe. » (Le Télégramme du 5 novembre 2011). Le budget 2012 et les mesures concernant l'Education Nationale devraient être vôtés prochainement. 

 

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment