Au mois de mars, Olivier Wickers prenait la direction de l'ANSP en succédant alors à Bruno Arbouet. Tout en restant dans la continuité stratégique de son prédécesseur, Olivier Wickers a souhaité présenter ses axes de priorité au conseil d'administration de l'ANSP.

5 grands axes de priorité

Le secteur des services à la personne jouit en ce moment d'une très forte popularité et en plein développement économique. C'est un secteur d'avenir que l'ANSP veut continuer de faire vivre en multipliant les acteurs et les métiers.

Cependant les métiers des services à la personne sont jugés trop peu attractifs en raison de leur manque de progression dans la carrière et de la rémunération trop insuffisante. Ils sont souvent mal reconnus et donc peu valorisants, ce qui freine les personnes à s'engager dans cette voie.

La formation

Pour pallier à ce manque de reconnaissance, Olivier Wickers souhaite porter une attention particulière à l'insertion des jeunes, le développement de l'alternance et de la VAE. " Il faut faciliter le recours à l'alternance et peut-être inventer de nouveaux parcours, correspondant à de nouveaux métiers, notamment dans le cadre du lien hôpital-domicile" dixit le nouveau directeur.

La dépendance

A l'heure du débat sur la dépendance, le secteur a pour mission d'apporter sa contribution pour répondre aux problématiques des personnes âgées et inscrire les services à la personne dans les solutions pertinentes qui seront proposées. En effet d'ici 2040, on estime à 4 millions le nombre de personnes de plus de 85 ans et possiblement dépendantes. Un chiffre qui amène à la réflexion afin d'anticiper les besoins d'une population qui va vivre plus longtemps.

Le chômage

Le secteur doit continuer de lutter contre le chômage qui continue de percer en privilégiant la qualification. L'organisation de coopération et de développement économique (OCDE) prévoit un taux de chômage à 9,5% en 2011.

La communication

Auprès des consommateurs, l'ANSP a également pour mission de contribuer à l'effort d'information nécessaire visant à rendre les services et leur accès plus lisibles.

Cet aspect est indissociable d'une réflexion à mener sur le modèle économique, sur la qualité et l'innovation. Il s'agit d'améliorer l'organisation des organisme de services à la personne et d'accroître la satisfaction des clients et des bénéficiaires."  L'ANSP, qui a pour mission de travailler avec tous, doit être un outil partagé de recherche et développement du secteur", affirme Olivier Wickers. Ainsi un guide méthodologique a déjà été publié pour aiguiller les organismes.

Des indicateurs forts 

L'élaboration ou la sélection par les acteurs d'indicateurs robustes et fiables sera également une priorité afin de mesurer la performance des politiques menées dans le secteur des services à la personne. "Ils pourront varier en fonction des territoires, des publics et des financeurs", estime Olivier Wickers.

 

Afin de commencer chacun de ces 5 chantiers, l'ANSP a organisé des cycles de travail et d'expérimentation qui sollicitent l'expertise d'acteurs internes et externes.

 

 

 

 

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment