Une couverture vaccinale trop faible

En France,  le taux de personnes vaccinés pour une maladie donnée est encore trop faible selon l'organisation mondiale de la santé (OMS). Afin d'y remédier, l'institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) et le ministère de la santé  "retranscrivent" la semaine européen de la vaccination au niveau national.

Une semaine pour sensibiliser

Le principal objectif de cette semaine est de sensibiliser les français à la vaccination, aussi bien les patients que le personnel médical. L'occasion d'aborder également des problèmes graves comme la méningite, toujours bien présente dans le Nord de la France.

La rougeole fait également des siennes cette année avec 5000 cas recensées juste pour le seul mois de mars.

Grippe, méningite, rubéole, rougeole, autant de maladies, parfois mortelles, qu'il est possible d'éviter via une vaccination (réduisant également les possibilités de propagation des maladies contagieuses). Encore faut il que celle-ci intervienne à temps. Cette année, l'épidémie de rougeole est la priorité de la Semaine.

Des opérations régionales

Pour la première depuis 5 ans les régions participent également à l'opération. Dans quasiment chaque département, des conférences, débats et interventions sont prévues. Des "séances" de vaccinations, rappels et mises à jours sont également organisées.

Toutes les questions , d'ordre technique, légales ou pratiques seront abordées. À travers de larges actions de communication, d'information, et  de sensibilisation, les autorités espèrent faire admettre par l'ensemble de la population toute l'importance  de se faire vacciner. Que ce soit pour soi, son enfant, ou les autres. Le calendrier des actions par région et par département est disponible sur le site de l'évènement , semaine-vaccination.fr.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment