Dans son intervention télévisée du dimanche 20 février, Dominique Strauss Kahn a interpellé les médias sur le constat de la pauvreté de 25% des travailleurs français. Une réalité qui s'explique en partie par le travail à temps partiel et dans le secteur des services à la personne.

Les travailleurs pauvres : une réalité française

Il existe deux façons de mesurer le nombre de travailleurs pauvres :

  • Soit on prend l'ensemble des revenus du ménage et les prestations sociales. Ce sont des personnes dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. Exemple: une famille de 5 personnes avec un emploi à temps plein au smic.
  • Soit on prend en compte uniquement les revenus individuels d'activité. Exemple: une personne employée à mi-temps dont les revenus ne sont pas pris en compte dans le calcul si elle vit avec une personne dont les revenus permettent de dépasser le seuil de pauvreté.

On compte en France entre 1 et 1,9 millions de travailleurs qui selon les deux façons de calculer, se retrouvent sous le seuil de pauvreté et si l'on compte l'ensemble des personnes, conjoints et enfants, on comptabilise entre 1,9 et 3,7 millions de personnes qui vivent dans un ménage pauvre.

Ce sont deux millions de personnes qui vivent avec moins de 800 euros par mois (pour un adulte seul) alors qu'elles exercent un emploi.

Comment expliquer cette réalité ?

L'existence des travailleurs pauvres résulte de plusieurs facteurs :

  • La faiblesse des salaires dans de nombreux secteurs, souvent au salaire minimum.
  • Le travail à temps partiel (32% des emplois) qui réduit considérablement le niveau de vie.
  • Le fractionnement des emplois; petits boulots, cumul de temps partiels, alternance de chômage et de périodes d'activités.

On retrouve beaucoup de ces travailleurs dans les services à la personnes. Ce sont souvent des personnes qui n'arrivent pas à cumuler plusieurs emplois; il est vrai que jongler entre plusieurs jobs et donc différents endroits n'est pas chose aisée et devient vite extrêmement fatigant sans parler de la perte de temps dans les transports.

La profession la plus symptomatique de ces travailleurs pauvres c'est le métier de caissier en supermarché car prés de 50% des salariés des hypers et des supermarchés travaillent à temps partiels.

 

 

 

Commentaires

6 millions de salariés gagnent moins de 750€ par mois, personne n'en parle . faut il une révolution pour que nos politiques s'inquiètent?
témoignage travailleur pauvre. j'ai 51 ans divorcée, 3 enfants plus à ma charges, CESU femme de ménage, 6 employeurs à gérer.salaire: environ selon les mois entre 800 et 900€ net. 10€ net congés payés inclus 10%. j'ai eu le malheur d'avoir pour la première fois de ma vie une sciatique au printemps, arrêté 2 mois et demi. Je n'ai touché mes indemnités en totalité que 8 mois après environ 600€ Il a fallu que je face toutes les démarches moi même avec la CPAM, timbres, téléphone, photocopies, les employeurs ne voulaient s'occuper de rien. Je viens au bout de 2 années de retour chez mes parents de reprendre un petit appartement en campagne pas le choix 300€ de loyer. Maintenant je me bat avec la CAF pour avoir un peu d'APL. Le dossier se balade entre la CAF et la MESA. C'est la seule aide que je peux avoir. Il a fallut aussi que je bataille avec presque tous mes employeurs pour avoir un contrats contrat remplis à la va-vite. Je fais tout pour ne pas être un parasite pour la société et tout ça pour y laisser ma santé qui décline rapidement,malgré une mutuelle à 63€ je ne peux pas me soigner correctement, et je passe tous les autres soucis.