EasyCare, société française spécialisée depuis sa création dans la relation client en mode télétravail, étend aujourd'hui son activité à l'externalisation des processus d'affaires (BPO). Le CESU - Chèque Emploi Service Universel - est utilisé, depuis 2006, par les particuliers comme moyen de paiement des services à la personne (garde d'enfants, soutien scolaire, accompagnement de personnes âgées...). Le CRCESU est l'organisme public chargé de rembourser les intervenants ainsi rémunérés.
Chaque année le CRCESU reçoit des centaines de milliers de formulaires d'adhésion et doit les saisir sous informatique. Face à l'ampleur de la tâche et pour des raisons organisationnelles, le CRCESU a choisi d'externaliser son activité de saisie. Au-delà des exigences en matière de sécurité des informations personnelles et bancaires, la condition majeure pour cet organisme public administratif était de favoriser l'emploi en France.
L'équipe dirigeante du CRCESU a été séduite par le modèle technique d'Easycare et a considéré l'organisation des ressources en télétravail comme une vraie valeur ajoutée, au service de l'emploi dans les régions excentrées. Elle remplit également toutes les conditions en matière de sécurité, de qualité et de contrôle. Easycare s'est entourée, pour cela, des toutes dernières solutions technologiques, garantissant la confidentialité des données traitées par leurs collaborateurs depuis leur domicile.
Selon Philippe Draux, Directeur adjoint du CRCESU, "la qualité du travail réalisé par les agents d'Easycare et le professionnalisme dont ils font preuve démontrent que le télétravail ne peut en aucun cas être considéré comme un frein à l'efficacité des collaborateurs. Nous sommes ravis de pouvoir développer par l'intermédiaire de notre partenariat avec Easycare, ce type d'initiative innovante et efficiente sur le plan de l'emploi en France".

Commentaires

Easycare est une société gérée par des amateurs et des incompétents qui ne pensent qu'à une chose : presser les agents pour récolter un maximum d'euros, et passer aux suivants quand les agents sont vides, et en plus payés une misère