Les faibles possibilités de diversification des personnels et l'omniprésence des associations limitent, entre autres, la profitabilité du secteur selon une étude du cabinet Precepta.

Les services à la personne représentent un marché porteur mais pas rentable à court terme pour les entreprises du secteur privé qui s'y intéressent, selon une étude du cabinet Precepta (groupe Xerfi) présentée ce mardi 13 février.
Les faibles possibilités de diversification des personnels, l'exigence de qualité du service, l'omniprésence des associations et l'obligation pour la prise en charge de la dépendance de posséder des agences physiques limitent la rentabilité immédiate des services à la personne, signale l'étude.

"Le secteur se heurte à d'énormes difficultés dans son développement du fait de ses caractéristiques intrinsèques et du cadre réglementaire", a expliqué Thomas Roux, responsable de l'étude. Il ajoute: "le marché est loin d'être un eldorado, même si de solides opportunités existent".

Le nombre d'entreprises dédiées aux services à la personne, un secteur qui recouvre l'aide aux personnes âgées, mais aussi la garde d'enfants, le ménage ou l'assistance informatique, a été multiplié par 10 entre 2005 et 2007, passant de 500 à 5.000, selon l'Agence nationale des services à la personne. La secrétaire d'Etat chargée de la Solidarité, Valérie Létard, a estimé mardi à 400.000 emplois les besoins du seul secteur de la dépendance d'ici 2015.

Source : "La Tribune"