Avec l'allongement de l'espérance de vie, la question de l'hébergement de la personne âgée se pose d'elle-même et avec elle, celle du maintien à domicile. L'âge avançant, la personne âgée voit ses capacités physiques et intellectuelles se réduire. Ce processus naturel lié au grand âge, désempare les proches qui assistent souvent impuissants à la perte d'autonomie de leurs aînés. 

Lorsqu'ils en ont les moyens, ils préfèrent souvent placer leurs ainés en maison de retraite ou dans un établissement spécialisé. Or depuis quelques années, on assiste à un désir croissant des personnes âgées de continuer à vivre au domicile familial et ce, quel que soit leur état. 

Toutefois, le maintien à domicile nécessite une certaine organisation. 

Comment savoir si la personne âgée peut vivre à domicile ? 

Le choix du maintien à domicile des personnes âgées doit s'appuyer sur des critères objectifs. Au-delà de l'aspect affectif, il convient de rester pragmatique et de se poser les bonnes questions.   

  • Evaluer l'état de santé physique et psychique : celui-ci lui donne-t-il la possibilité de vivre dans son logement sans aucun danger ? L'établissement spécialisé ou la maison de retraite vont-ils affecter son état de santé ? 
  • Assurer une présence familière : les proches pourront-ils lui rendre visite ? Seront-ils disponibles ? En effet, la réussite du maintien à domicile passe par des visites régulières de la famille. La personne âgée a besoin d'établir un lien social avec le monde extérieur afin d'éviter l'isolement et le repli sur soi.  
  • Contrôler le logement : est-il adapté à ses besoins ? Faut-il effectuer des aménagements ou des travaux (ex : installation d'une baignoire à porte, agrandissement des portes d'entrée pour les fauteuils roulants...) ? Si c'est le cas, le financement pourra-t-il être aisément supporté ? 
  • Établir un budget : les ressources disponibles sont-elles suffisantes pour couvrir l'ensemble des dépenses ? Selon les besoins de chacun, les coûts engendrés par le maintien à domicile peuvent varier fortement. Ainsi, il est nécessaire de déterminer le montant des ressources disponibles et les sommes à dépenser chaque mois pour éviter les mauvaises surprises. Par exemple, pour les personnes fortement dépendantes, le budget peut atteindre 2000 euros par mois. 

Cependant, il existe de nombreuses aides. Par exemple, l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) permet de payer les services d'aide à domicile grâce au l'aide du Conseil Général.  

Quels professionnels interviennent dans le cadre du maintien à domicile ? 

De nombreuses personnes spécialisées dans l'aide à domicile peuvent intervenir pour aider l'aidant familial ou la personne âgée elle-même dans la gestion de la vie quotidienne. Ci-dessous quelques exemples :  

  • L'aide-ménagère : intervenant régulièrement pour aider la personne âgée dans l'entretien de son logement. Elle prend ainsi en charge les tâches ménagères mais aussi les courses et peut même préparer des repas. Son financement peut être partiellement assuré par des organismes tels que les collectivités locales ou les caisses de retraite. 
  • L'auxiliaire de vie sociale : apportant une aide plus large à la personne âgée que l'aide-ménagère, notamment par l'aide aux soins d'hygiène, pour l'habillage, le lever et le coucher. Son coût est également pris partiellement en charge par les mêmes types d'organismes.  
  • Les services de soins infirmiers à domicile : complétant les soins prodigués par une infirmière libérale, ce sont des aides-soignants qui dispensent divers soins à domicile sur prescription médicale (ex : la stimulation, l'aide au lever et au coucher, l'hygiène corporelle...). Le coût est entièrement pris en charge par les organismes d'assurance maladie. 

A cette liste d'intervenants, on peut ajouter les différents services disponibles pour l'amélioration du quotidien des seniors à domicile. La téléassistance améliore la sécurité : il s'agit d'un boîtier que la personne âgée porte en permanence et qui lui permet d'appeler un centre d'écoute ou une personne qui pourra l'aider immédiatement à son domicile. Enfin, il faut se renseigner pour savoir si le senior peut bénéficier d'un service taxi pour faciliter son transport.

Commentaires

S,il fallait comme le dit cet article que l,etat de sante rendre possible la vie au domicile "sans aucun danger"... Vieillir chez soi deviendrait difficile ! Et le droit au risque ? Les services de soins infirmiers a domicile ne completent pas les soins d' une infirmiere liberale. Lorsqu un ssiad prend un patient en charge, l,assurance maladie ne prend pas en charge a la fois la dotation du ssiad et les honoraires de la liberale...(ces derniers sont alors payes par le ssiad, qui pilote la pec) Attention aux conseils mal eclairés..
C'est un excellent article riche en conseils.Merci beaucoup.