La Fédésap animera des ateliers dédiés sur le thème "Les Services à la Personne : derrière chaque besoin, il y a un métier" au salon Jeunes d'avenir, à Marseille le 9 juin. L'édition 2015 avait permis de faire connaître la diversité des métiers du domicile, de collecter plusieurs centaines de CV et de recruter de nombreux candidats.

Malgré une mobilisation importante des adhérents de la Fédésap, l'Emploi reste la première préoccupation des entreprises de SAP, ce qui est un paradoxe quand on sait que de nombreuses entreprises de SAP investissent fortement pour recruter.

Les entreprises de SAP recrutent et forment au quotidien mais peinent à trouver des candidats formés et motivés. Ainsi, l'enquête annuelle du Crédoc sur les "Besoins de Main d'Œuvre", révèle que les métiers du domicile rassemblent le plus grand nombre de projets de recrutements en 2016 avec plus de 53000 projets. Néanmoins, plus de 60% de ces projets sont jugés "difficiles" par les recruteurs.

Et pourtant, les entreprises de SAP rivalisent d'inventivité pour faire connaître leurs métiers, fidéliser et accompagner leurs salariés : recrutement sur les réseaux sociaux (partenariat Fédésap–FaceBook), jobdating, présence sur nombre de salons professionnels, recours à des solutions de recrutements spécialisés, partenariats de proximité avec les Services Publics de l'Emploi...

Pour les entreprises de SAP, le recrutement est la première source de difficulté, avant la complexité administrativo-juridique.

A moins d'un an de l'élection présidentielle et dans un contexte de chômage fort, la Fédésap en appelle aux pouvoirs publics et futurs candidats : "Il faut accompagner, aider et simplifier la gestion des ressources humaines des entreprises de SAP faute de quoi le secteur connaîtra une crise : celle du recrutement en période de chômage élevé".

Des solutions simples existent néanmoins pour fluidifier et surtout simplifier les démarches de recrutements. La Fédésap et ses adhérents proposent :

  • Une simplification des outils de la formation professionnelle trop complexes et en perpétuelle évolution : contrat de professionnalisation et d'apprentissage, POE...
  • Une réaffectation des moyens de la formation aux entreprises qui la finance au bénéfice de Conseils Régionaux qui oublient trop souvent de solliciter les branches professionnelles dans le cadre de leur offre de formation publique.
  • Une spécialisation des Pôle-Emploi par secteur d'activité comme ce fut le cas dans de nombreuses régions. Un conseiller Pôle-Emploi ne peut connaître les spécificités de plus de 700 branches professionnelles. 
  • Favoriser la formation professionnelle toute la vie mais de manière évolutive : modulation des titres professionnels, recours au e-learning, création d'un passeport 

La Fédésap rappelle que les entreprises de SAP sont toutes des TPE qui ne délocalisent pas leur activité, créent de la richesse au bénéfice de nos concitoyens parfois les plus fragiles, et que cette économie circulaire et sociale est une chance pour la France.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment