Tout commence par une banale consultation de coffre samedi midi

Il n'y a donc pas que les maisons de retraite qui font parler d'elles en matière de maltraitance de nos aînés. Une banque nationale, la BNP, a testé ce weekend la séquestration d'une vieille dame de 91 ans dans une de ses agences à Rennes, une aventure qui aurait pu mal finir. 

La cliente se rend à son agence BNP samedi matin vers 11H30 et se fait ouvrir la salle des coffres par un employé qui, conformément au règlement, l'enferme à clé. Vers 12h30, comme tous les samedis, l'agence ferme ses portes, oubliant complètement qu'une cliente de 91 ans est enfermée dans la salle des coffres. Sans téléphone portable (détail important pour la suite des événements...) 

Puis, plus de nouvelles de la nonagénaire

Son fils, inquiet de ne plus la voir, informe rapidement les services de police locaux et tente de reconstituer le parcours de la vieille dame. La BNP de la Place Rallier du Baty, dans le centre historique de Rennes, figure dans les lieux fréquentés par sa maman. 

24 heures enfermée dans la salle des coffres...

Le lendemain matin à 10h30, soit près de 24H après la fermeture de l'agence bancaire, les services de police et de sécurité de la banque se rendent à l'agence et constate avec stupeur qu'effectivement la vieille dame avait été oubliée. Ils la retrouvent assoiffée mais parfaitement saine et sauve et la délivrent. 

Selon nos informations, la vieille dame n'en aurait même pas profité pour faire main basse sur la salle des coffres !

Commentaires

quel article racoleur... c'est un fait tout à fait regrettable pour cette dame évidemment...tout le monde est d'accord....heureusement tout se termine bien....... mais parler de maltraitance....et de sequestration...au sens où on l'entend généralement.... l'employé de la banque n'est pas prêt de dormir sur ses deux oreilles... mais n'y a-t-il pas des alarmes dans les coffres-forts...
pourquoi maltraitance des personnes agées??? le fait est que la cliente avait 91 ans, si elle avait eu 40 ans, le titre aurait été "maltraitance des quadragénaires"...