Un apprentissage mal cadré

Pour Luc Chatel, les français ne sont "pas bons en anglais". Qualifiant le maniement de la langue de Shakespeare de "vrai faiblesse" en France, le ministre de l'éducation nationale est revenu sur son projet de "comité stratégique" ou "de réflexion" ce lundi.

Ce comité devra ainsi réfléchir sur le fond du problème de l'apprentissage des langues en France et notamment de l'anglais. Sur la forme, le ministre estime, dans une interview à i-Télé, que le problème ne tient pas du nombre d'heures de cours, mais de la façon dont elles sont réparties et leur utilisation. Pour Luc Chatel, dans un entretien accordé au Figaro, "le temps est venu de réinventer cet enseignement".

Des experts au secours des langues

Piloté par les linguistes reconnus Suzy Halimi (qui en sera la présidente) et Claude Hagège, le comité sera également composé du président de l'institut Montaigne Claude Bébéar et du président de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat, Jacques Legendre.

La communication nécessaire

Différents points sont d'ores et déjà sur la table du comité, tels que l'apprentissage des langues dès la maternelle, l'utilisation de nouvelles technologies, ou encore le développement de la pratique via des voyages et une pratique de l'orale préférée à l'écrit.

L'anglais dès 3 ans

Pour les différents chercheurs et spécialistes présents au salon Expolangues en février, l'apprentissage d'une langue dès le plus jeune âge n'est pas forcément plus efficace. Un point également dénigré par les éducateurs, jugeants difficile d'appliquer une telle mesure avec une politique de suppression de postes.

Pour M Chatel, les "nouvelles technologies" (vidéo-projecteurs, webcam, ordinateurs, ...) permettraient de pallier à ce problème aussi bien  en maternelle, qu'en primaire, au collège ou au lycée. Ainsi, les conseils généraux et mairies devraient se voire doter de nouveaux moyens et acquérir ainsi du matériel de qualité.

La communication clef de voûte de l'apprentissage

Pour développer et acquérir un niveau suffisant, le plus efficace est de pratiquer régulièrement. À ce titre "une épreuve orale au bac, en langue vivante 1, en plus de l'écrit actuel" est prévisible. Pour le ministre, "la langue est un outil de communication, il faut savoir la parler" et que le meilleur moyen que les voyages a l'étranger. Ainsi, le ministre a émis le souhait que "tout enfant ait fait au moins une fois dans sa vie un séjour à l'étranger".

Mis en place ce lundi, le comité ne devra pas chômer. Selon le ministre, de nouvelles dispositions devraient être ainsi mises en place dès la rentrée 2012.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment