Le président a mis l'accent sur les services à la personne et a évoqué la possibilité de mettre en place une avance sur le crédit d'impôt dont bénéficient les employeurs de salariés pour des services à domicile.

Il faut rappeler que les avantages fiscaux proposés pour les services à la personne se font par réductions d'impôts sur les revenus de l'année en cours. Si par exemple, je paye 18 euros pour une heure de ménage en 2008, les 9 euros de réduction se feront sur l'impôt sur le revenu de 2008 qui est payé l'année suivante. Tous les astérisques que l'on voit à coté des "à partir de 7,5 euros" sur les prospectus des entreprises de services à la personne signifient donc : "tarif valable dans un an quand vous aurez récupéré votre avantage fiscal"... Il faut donc bien avancer l'intégralité de ce qu'on paye.

Pour Nicolas Sarkozy, les emplois de services à la personne "contribuent puissamment à l'activité économique et sont un véritable enjeu de société, qu'il s'agisse de la garde d'enfants, de l'assistance aux personnes dépendantes ou encore de la conciliation de la vie familiale et professionnelle". Il a rappelé que "dans les deux ans qui ont suivi la mise en place du plan d'aide aux services à la personne, 235.000 emplois ont été créés", des chiffres qui ont fait couler de l'encre dernièrement entre l'ANSP et l'OFCE.

Il a par ailleurs estimé que "de nouveaux champs" étaient "à explorer". Parmi les nouvelles pistes, le portage de la presse à domicile, qui "serait un vrai plus pour les abonnés et un soutien précieux au secteur de la presse". La livraison des journaux à domicile va peut-être devenir la 22ème activité des services à la personne. Bientôt des paper-boy à l'américaine qui vous dépose le journal à votre porte. Malheureusement, contrairement aux Etats Unis où le journal peut rester tranquillement pluseurs heures, un journal posé sur un paillasson en France risque de disparaitre rapidement...

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment