Parcourez notre guide en déroulant notre menu

  •   Garde d'enfants : les modes et solutions
    •   Le baby sitting
      • Déclarer sa baby sitter
      • Le contrat de la babysitter
      • Garder ses enfants pendant les vacances
      • Babysitting pour le soir
      • Une babysitter pour le réveillon
      • Une babysitter pour un mariage
      •   Trouver une babysitter
        • Choisir un babysitter étranger
        • Un étudiant comme babysitter
        • Choisir un homme baby sitter
      • Le coût d'une babysitter
      • Devenir baby sitter
    •   La nounou à domicile
      • Trouver une nounou
      •   Le contrat d'une nounou
        •   Gérer la fin de contrat de la nounou
          • Gérer la rupture de contrat de la nounou
          • La rupture conventionnelle avec la nounou
      • Devenir nourrice agréée
      •   La garde périscolaire
        • La garde du mercredi ou du samedi
        • Gérer les vacances scolaires
        • La nounou de nuit
      • Rémunération d’une nounou
Illustration de l'article Embaucher un étudiant/lycéen comme babysitter

Disponibles en dehors de leurs heures d’étude, ils ont généralement entre 16 et 18 ans et sont nombreux à chercher un emploi qui leur permettrait d’être plus indépendants financièrement. C’est pourquoi les étudiants, lycéens et certains collégiens, apprécient de pouvoir travailler en tant que babysitter. Connaissance de la famille ou aîné d’une fratrie, le jeune babysitter recueille de plus en plus, la confiance des parents qui cherchent à faire garder leurs enfants.

Peut-on faire confiance à un jeune pour garder ses enfants ?

L’âge peut constituer un frein à l’embauche d’un mineur, d’autant plus quand il est question de garder des enfants. Pourtant, certains adolescents ne manquent pas d’expérience, acquise lors de jobs occasionnels en baby-sitting parfois dès 14 ans. Parce qu’ils ont plusieurs frères et sœurs plus jeunes ou parce qu’ils ont montré très tôt le goût de s’occuper des autres, ils savent comment bien prendre soin de vos bambins.

Dans les grandes agglomérations comme Paris, Marseille, Lyon ou Bordeaux, ces jeunes gens se voient plus facilement confier des gardes de de babysitting de courte durée, après l’école, en soirée ou de nuit, tandis que l’enfant est rapidement couché. Ainsi leur responsabilité est allégée et se limite à donner le goûter, aider aux devoirs, ou veiller à ce que l’enfant dorme bien. D’autres toutefois, prennent rapidement la place de nounou attitrée.

Mais, avant de confier un jeune enfant à la surveillance d’un étudiant ou d’une étudiante, il est essentiel de se renseigner à propos de son expérience, des familles pour lesquelles il a déjà travaillé et des différentes situations rencontrées. S’il s’agit de son premier job en baby sitting, le feeling et la première impression pourront être déterminants.

Réglementation

En matière de baby-sitting, en France le salaire versé ne peut être inférieur au SMIC en vigueur, soit 10,03 € brut de l’heure en 2019 et 10,15 € selon le barème du SMIC en 2020.

Toutefois, une réglementation particulière s’applique pour le baby-sitter mineur dont l’âge légal d’exercice est de 16 ans.

Tout comme le garde d’enfant majeure, celui-ci doit obtenir l’accord écrit de ses parents pour travailler, sauf s’il est émancipé et être déclaré. Pour cela et en dessous de 8 heures de présence par semaine ou de 4 semaines consécutives de travail à domicile, le chèque emploi service universel (CESU), peut être utilisé. Le babysitter sera là plus souvent ? Dans ce cas, un contrat à durée déterminée (CDD) ou indéterminée (CDI) doit être rédigé par le parent employeur.

À noter que le parent employeur peut bénéficier d’un abattement salarial sur la rémunération de la personne mineure qui garde ses enfants. En dessous de 17 ans l’employé perçoit alors un salaire égal à 80 % du SMIC puis à 90 % entre 17 et 18 ans.

Dans certains cas, le jeune baby sitter peut commencer à travailler, sous conditions, dès 14 ans. Il est alors impératif d’obtenir l’accord écrit des parents, mais également celui de l’inspection du travail. Aussi, le baby-sitting peut s’effectuer uniquement durant les vacances scolaires lorsqu’elles s’étalent sur 14 jours minimum et ne peut excéder la moitié de leur durée.

De façon globale, le mineur ne peut travailler plus de 35 heures par semaine et 7 heures par jour.

Comment recruter un jeune baby sitter ?

Pour trouver le babysitter idéal, il existe plusieurs solutions simples à mettre en œuvre sans tarder.

Commencez par poser des questions autour de vous. Que vous soyez sur Lille, Montpellier, Aix-en-Provence ou à Valence, elles sont globalement toujours les mêmes : Vos amis connaissent-ils un bon baby sitter ? Ont-ils déjà eu recours à un lycéen pour garder leurs bambins ? Connaissent-ils quelqu’un de sûr et d’expérimenté ? Il se peut que l’étudiant baby sitter de vos amis devienne le vôtre. Vous avez déjà une personne en tête ? N’hésitez pas à vous renseigner en détail sur sa personnalité et ses capacités. Collectez aussi les avis et  ressentis des autres parents. Ils pourront vous être utiles.

Rédiger une petite annonce est une alternative. Vous pouvez choisir de passer par vos commerçants de quartier en accrochant à leurs comptoirs, un avis d’embauche accompagné de vos coordonnées.

Une agence spécialisée en recrutement de babysitters ou un site dédié, peuvent aussi s’avérer être une aide précieuse. Aladom vous propose par exemple de déposer en quelques clics une annonce pour trouver une babysitter ou d’accéder aux offres des très nombreux candidats disponibles pour du babysitting près de chez vous. Précise et ciblée en fonction de vos besoins et/ou de votre ville de résidence, elle vous permet d’étudier différents profils. De son côté, le babysitter étudiant peut lui aussi s’inscrire pour trouver des gardes près de chez lui.

Observez et faites confiance à votre intuition

En votre absence, le baby-sitter est votre seul lien avec votre enfant ainsi que son unique protection. C’est pourquoi il est essentiel de le choisir avec soin. À ce titre, les diplômes et qualifications ne font pas tout. Ils n’assurent en effet ni l’empathie ni la bienveillance.

Aussi, pour trouver votre perle rare, Aladom vous conseille de la rencontrer, une ou plusieurs fois, de l’écouter, de lui présenter vos enfants et d’étudier leurs réactions. En raison de leurs âges relativement proches, votre enfant et le jeune babysitter pourront rapidement nouer une relation amicale et de confiance. Prenez aussi le temps d’observer votre futur employé. Quel ton utilise-t-il pour s’adresser à vous ? À vos enfants ? Semble-t-il décontracté, ouvert et avenant ? Ou semble-t-il plutôt fermé et inflexible ? Un étudiant ou une étudiante avec des références, mais dont l’attitude ne vous inspire pas, ne fera pas un bon candidat pour le poste.

Ces différentes phases de découverte et de perception, vous permettront d’apprécier le jeune babysitter en face de vous, non pas uniquement comme une personne à la recherche d’un job, mais comme la personne la plus à même de prendre soin de vos enfants après vous.

Le but de cet entretien est de vous rassurer en tant que parent et de vous permettre d’avoir confiance en votre futur baby-sitter. Pour cela, Aladom vous propose une petite liste de questions précises et révélatrices à lui poser avant de signer son contrat.

Quelles questions lui poser ? (localisation, règles de vie, activités/jeux, contrat, ponctualité, etc.)

Parce qu’un entretien d’embauche ne s’improvise pas, voici quelques conseils pour vous guider et bien réussir cette étape essentielle mais toujours un peu stressante.

La formation

Pourquoi souhaitez-vous devenir baby-sitter ? Êtes-vous titulaire d’un diplôme de la petite enfance, d’un brevet d’animateur ou de secourisme ?

Les expériences

Avez-vous déjà gardé des enfants auparavant ? Si oui, quel âge avaient-ils ? Combien étaient-ils ? Pendant combien de temps les avez-vous gardés ? Pouvez-vous me parler d’eux ? Avez-vous déjà travaillé au sein d’une structure de la petite enfance, crèche ou garderie ? En alternance ? Avez-vous toujours été déclaré ? Est-il possible de contacter vos anciens employeurs ? Pourquoi votre dernière mission s’est-elle terminée ?

La personnalité

Comment se déroulent vos journées de garde ? Comment gérez-vous le stress, les colères, les disputes ? Vous emportez-vous facilement ? Quelles sont vos astuces pour captiver, canaliser, intéresser les enfants ?

Les capacités

Savez-vous préparer les repas/biberons ? Maîtrisez-vous les gestes de premiers secours ? À partir de quand un enfant a-t-il de la fièvre et comment la faire baisser ? Quelles activités proposez-vous aux enfants en fonction de leur âge ? Êtes-vous opposé à quelques heures de ménage ? Pouvez-vous faire des heures supplémentaires et êtes-vous flexible au niveau des horaires ? Possédez-vous le permis B ?

Terminez toujours par des échanges plus administratifs, mais tout aussi essentiels, autour du salaire demandé, des dates ou jours de congés souhaités, de l’assurance responsabilité civile - la vôtre ou la sienne, ou encore du panier repas déduis de la rémunération ou apporté chez vous, par le babysitter.

Demandez des références

Cela peut vous paraître excessif ou d’un autre temps, mais demander des références à la personne que vous emploierez à domicile, c’est avant tout vous assurer de son sérieux et de ses compétences.

Non seulement vous pourrez poser des questions sur ses capacités professionnelles, mais également à propos de ses qualités humaines. Aussi, n’hésitez pas quand vous le pouvez, à passer un coup de téléphone ou même à rencontrer la famille chez qui votre nounou travaillait avant. Comment s’est déroulée la collaboration, pourquoi a-t-elle pris fin et quelles impressions a laissées votre baby-sitter ; autant d’indicateurs recherchés pour une relation sereine et durable.

Commentaires
Il n'y a pas de commentaires pour le moment