Définition générale de l'autisme

L'autisme est un développement exagéré de la vie intérieure qui mène à une perte de contact avec la réalité. L'origine de cette pathologie est mal connue, mais la communauté scientifique internationale la considère comme un trouble du développement neuropsychologique. 

Bien qu'il existe plusieurs formes d'autisme, des généralités peuvent ressortir :

  • L'absence de communication avec le monde extérieur, se traduisant notamment par un évitement du regard.
  • Par extension, il n'y a pas ou peu de communication avec l'entourage. 

Ces problèmes de comportement entraînent un décalage avec le monde extérieur et donc un manque de compréhension de l'environnement qui peut entraîner certaines réactions considérées comme des symptômes de l'autisme : 

  • Actes d'automutilation 
  • Activités et intérêts restreints 
  • Courte durée de l'attention 
  • Réactions inattendues à un stimulus, manque d'intérêt ou au contraire, susceptibilité extrême
  • Trouble de l'humeur 
  • Absence de peur ou au contraire, craintes irrationnelles.

Physiquement, un autiste peut passer inaperçus. Mais dans le comportement on peut remarquer certains signes typiques de l'autisme: ils peuvent rester très longtemps immobile ou se livrer à des gestes répétitifs comme des battements de mains ou torsion de tout le corps. 

La routine est très importante à leurs yeux et le fait de la modifier que ce soit dans le décor ou dans l'heure du repas peut provoquer une réaction violente. Les personnes atteintes d'autisme ont tendance à vouloir maintenir un ordre rigoureux dans leur propre monde. Pour un enfant ou un adolescent par exemple ce sera sa chambre. 

On dit souvent que l'un des symptômes de l'autisme est le fait que les sentiments soient multipliés par 1000. Les autistes peuvent en effet être beaucoup plus sensibles que la plus part des gens, qu'il s'agisse d'amour, de colère, de peur ou d'angoisse. Mais ils peuvent aussi y être insensibles. Certaines choses que l'on apprend inconsciemment tout petit leur sont étrangères comme la reconnaissance, la politesse, l'empathie ou le mensonge. 

Les causes chimiques des troubles du spectre autistique : 

L'une des principales causes de l'autisme détectée par les scientifiques est une hausse du taux de sérotonine dans le cerveau. Cette substance qui joue le rôle de neurotransmetteur veille à un certain équilibre dans le cerveau comme celui du « cycle circadien », plus communément appelée horloge biologique. 

Un surplus de sérotonine peut entraîner de nombreux symptômes tels que le stress, l'angoisse, et dans le pire des cas, la phobie et la dépression. C'est également la principale composante de l'ecstasy ou du MDMA. Bien qu'on en parle très peu, de récentes recherches scientifiques ont montré que les autistes et grands traumatisés de guerre par exemple pourraient être guéris par cette substance.

Chose étrange et pourtant reconnue, il existe aussi des autistes surdoués. En générale il s'agit de domaines comme la musique ou les mathématiques.

Mais attention, ces comportements ne sont pas des signes typiques et obligatoires de l'autisme. Ils sont plus ou moins prononcés selon la gravité de la maladie, et peuvent même être complètement absents. 

En effet, les oppositions et contradictions qu'on trouve dans ces symptômes sont révélatrices de la diversité de la maladie et donc de la difficulté à déterminer des symptômes précis.

Les différentes formes de la maladie : 

Le spectre autistique peut être affecté de trois troubles distincts : 

  • L'autisme infantile 
  • Le syndrome d'Asperger 
  • L'autisme atypique

 L'autisme infantile précoce

C'est celui qu'on appelle « Autisme », car c'est forme la plus handicapante, la plus rependu, et la plus simple à diagnostiquer (avant l'âge de trois ans). Il est définit comme étant un trouble envahissant du développement. Trois domaines sont touchés : 

  • la communication 
  • l'interaction sociale réciproque 
  • le comportement 

Connue aussi sous le nom de syndrome de Kanner, les enfants qu'elle touche ont des attitudes stéréotypées, des comportements répétitifs et restreints, des troubles de la communication et de l'interaction sociale, avec notamment un retard des capacités verbales et non-verbales. Il y a dans ce cas un réel retard mental. 

D'autres signes de la maladie peuvent être relevées mais ne sont pas spécifiques comme des phobies, des perturbations de l'humeur traduites par des crises de colère et une auto-agressivité, ou encore des troubles du sommeil et de l'alimentation.

Le syndrome d'Asperger 

Contrairement à l'autisme lourd, les personnes atteintes du syndrome d'Asperger n'ont pas de retard mental. Chez l'enfant il n'y a pas de retard dans l'apprentissage du langage, des capacités d'autonomie, d'adaptation ou de curiosité pour l'environnement. C'est dans ce cas que des capacités spécifiques peuvent être surdéveloppées, généralement dans des domaines comme le calcul, la mémoire, la musique...etc. 

On remarque pourtant une certaine singularité dans le comportement physique et le langage, par exemple avec un manque prononcé d'empathie. Ils sont familièrement définit comme étant maladroit et peu attentif à l'entourage. 

Bien qu'une liste exhaustive de symptômes soit impossible à établir comme pour les autres troubles du spectre autistique, on distingue 2 domaines où les comportements sont anormaux : 

  • L'interaction sociale : Les comportements non-verbaux sont nombreux et souvent établi par imitation. Beaucoup de mimiques faciales, contactes visuels postures corporelles et gestes exagérés ou insistants. Pourtant il y a une véritable incapacité à établir des relations avec les paires du même âge ou de la même pathologie. L'autiste « Asperger » ne cherche pas à partager ses intérêts, ses sentiments, (dans la petite enfance cela se traduit par un refus de montrer du doigt ou à prendre les objets qui l'intéresse) et ne répond pas non plus aux démonstrations émotionnelle qu'elle lui soit adressées ou non. 
  • Comportements restreints, répétitifs et stéréotypés : Les intérêts du sujets sont restreints et anormalement intenses. Les rituels ont une importance disproportionnée et sont en règle générale inutiles. Plusieurs tocs et mimiques sont répétitifs comme la torsion des mains ou autres mouvements complexes du corps. L'élocution peut paraître singulière elle aussi dans le ton de la voix et le vocabulaire employé, ce qui peut mener à une incompréhension de la part de l'autiste ou de son interlocuteur. On remarque enfin des difficultés dans l'écriture ou l'exécution de gestes graphiques. 

L'hypersensibilité au bruit, au goût mais aussi au niveau des sentiments restent les principaux symptômes de la pathologie.

L'autisme atypique

Cette catégorie est très large et mal définit. Elle regroupe les personnes touchées d'un fort retard mental dont les caractéristiques se rapprochent de celles de l'autisme mais dont le diagnostic a été établi après l'âge de trois ans. 

Les personnes touchées ont comme les autistes un trouble envahissent du développement, mais ne présente pas la totalité des symptômes. Elles peuvent également montrer des signes de déficience mentale qui ne font pas partie des caractéristiques de l'autisme.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment