Dans la plupart des régimes de base, les périodes de chômage sont prises en compte pour le calcul de la durée d'assurance qui sert de base au calcul de la retraite (total des trimestres validés). Attention toutefois aux conditions.
On distingue deux cas de figure : 

Les périodes de chômage indemnisé 

Sont pris en compte : les trimestres indemnisés par un régime d'assurance-chômage. Ceci vaut pour l'assurance-chômage (allocations de chômage calculées sur la base de votre salaire d'activité), comme pour les prestations dites "de solidarité" (telle l'allocation spécifique de solidarité). Dans le régime général, par exemple, il est validé un trimestre par période de 50 jours d'indemnisation chômage, dans la limite de 4 trimestres d'assurance par année civile. 

Dans les régimes complémentaires (comme les caisses Arrco et Agirc), les périodes de chômage indemnisées donnent lieu à l'attribution de points, sous réserve que vous ayez cotisé auprès d'une caisse complémentaire avant la rupture du contrat de travail. Les points ainsi attribués sont calculés sur la base d'un "salaire journalier de référence" (votre dernière année de salaire, divisée par 365) calculé par Pôle Emploi. 

Les périodes de chômage non indemnisé

Elles peuvent être prises en compte, mais dans une certaine limite, sous certaines conditions, et seulement par les régimes de base. 

  • La première période de chômage non indemnisé, qu'elle soit continue ou non, est prise en compte dans la limite d'un an et une seule fois. 
  • Les périodes de chômage non indemnisé doivent suivre sans interruption la période indemnisée : 
    • Les périodes de chômage postérieures à la cessation de l'indemnisation ne sont prises en compte que si elles suivent sans interruption la période indemnisée (interruption qui peut être due à la reprise d'une activité professionnelle). 
  • Chaque période ultérieure de chômage non indemnisé peut être retenue : 
    • Dans la limite d'une année si l'assuré est âgé de moins de 55 ans à la date de cessation de l'indemnisation ou si, âgé de plus de 55 ans, il justifie de moins de 20 ans de cotisations sous l'ensemble des régimes de retraite de base obligatoire. 
    • Dans la limite de cinq ans si l'assuré est âgé d'au moins 55 ans à la date de cessation de l'indemnisation et s'il justifie de plus de 20 ans de cotisations sous l'ensemble des régimes de retraite de base obligatoire, et s'il ne relève pas à nouveau d'un régime obligatoire d'assurance vieillesse.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment