La varicelle est un virus bénin dans l'absolu mais peut être mortel chez l'adulte non immunisé ou prenant des médicaments qui affaiblissent le système immunitaire (ex: les stéroïdes) et la femme enceinte. Il faut donc bien se soigner et écarter les personnes à risque sous risque de forte contagion.

Les symptômes

Très souvent le malade éprouve une grande fatigue accompagnée d'une perte d'appétit. Mais ce n'est qu'à l'apparition de boutons appelés vésicules que le diagnostique d'une varicelle peut être posé.

Les boutons forment ensuite de petites cloques remplies de liquide pour ensuite sécher et tomber. Il ne faut pas y toucher sous peine de laisser des cicatrices indélébiles. Les vésicules se forment partout sur le corps mais aussi dans la bouche ou même la gorge ; seuls les mains et les pieds sont épargnés.

Une légère fièvre peut accompagner la période d'incubation ainsi que quelques douleurs articulaires semblables à celles de la grippe. La toux n'est pas à exclure notamment chez les plus grands et les adultes. Il faut d'ailleurs faire preuve de vigilance chez les sujets matures car des risques de pneumonie existe et ne sont pas à négliger.

L'incubation est d'environ 14 jours mais est souvent plus rapide lorsque l'enfant est tout petit.

Il faut éviter de transmettre le virus aux femmes enceintes, aux nourrissons et aux personnes immunodéprimées pour qui la varicelle peux être un facteur mortel.

Rappelons que la varicelle ne peux s'attraper qu'une seule fois ; c'est ce qu'on appelle l'immunité permanente. On observe cependant quelques cas de récidive notamment chez des enfants l'ayant fait très tôt, l'immunité n'étant pas encore assez forte.

Les traitements

En raison des démangeaisons excessives que procure la varicelle, on peut aider le malade à soulager le prurit de différentes façons :

  • les bains d'eau tiède auxquels on ajoute du bicarbonate ou de la farine d'avoine peuvent être donné toutes les 3 heures ;
  • des compresses humides que l'on tapote sur les boutons sont apaisantes ;
  • ne pas confiner le malade dans la chaleur car le chaud accentue la démangeaison.

Pour éviter les infections des vésicules il faut garder une hygiène absolue, couper et garder propres les ongles des enfants qui sont en contact direct avec les boutons. Chez les tout-petits on peut leur mettre des moufles pour éviter qu'ils ne se grattent.

Il faut bien désinfecter chaque plaies (et il y en a beaucoup !) avec une solution antiseptique.

Le médecin peux prescrire un antihistaminique si les démangeaisons sont vraiment trop fortes (souvent pour le malade adulte).

On conseille également d'éviter trop de contact avec l'eau car cela empêche la cicatrisation et rend possible la macération et donc l'infection. Il faut donc privilégier les douches aux bains.

Comme pour toute maladie il est recommandé de boire beaucoup d'eau, de s'hydrater au maximum.

Il est fortement interdit d'administrer un anti-inflammatoire tel que l'aspirine car il existe un risque de complication comme le syndrome de Reye (effets nocifs sur le cerveau et le foie). Afin de faire tomber la fièvre il est préférable de donner du paracétamol comme le doliprane.

Enfin il existe un vaccin pour prévenir du virus de la varicelle mais il est réservé à certain cas comme les enfants devant recevoir une greffe d'organe, les étudiants en médecine ou les personnes en contact avec des sujets immunodéprimés.

14 jours d'incubation, une multitude de boutons à désinfecter et de furieuses envies de se gratter font donc les joies de la varicelle ! Du repos, un bon antihistaminique et surtout prendre son mal en patience sont les clés d'une guérison assurée... plus facile à dire qu'à faire !

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment