Depuis 2019 nous avons mis en place les OKR chez Aladom. L’objectif principal était de s’assurer que ce que nous faisons au quotidien était en phase avec les objectifs stratégiques que nous nous fixons.

Illustration de l'article Piloter son activité avec les OKR

Origine des OKR

La méthode initialement appelée « Management by Objectives » ou MBO a été inventée dans les années 50 par Peter Drucker, le pape du management. Elle a été ensuite adoptée par Andy Grove, co-fondateur et CEO d’Intel, dans les années 1970 pour accompagner un changement stratégique de l’entreprise.

John Doerr qui avait découvert les OKR chez Intel présenta cette méthode chez Google en 1999 à Larry Page et Sergey Brin qui décidèrent de mettre en place les OKR chez Google. 

O = Objectives / Objectifs
KR = Key Results / Résultats-clés

La méthode consiste à définir un objectif majeur, poursuivi par l’ensemble de la société, puis d’élaborer une stratégie permettant d’atteindre cet objectif reposant sur plusieurs tâches dont le résultat pourra être mesurable (Key Result). Chaque petite tâche effectuée permettra d’atteindre l’objectif final.

Google utilise toujours la méthode OKR aujourd’hui et chaque salarié a ses propres OKR.

Exemple d’entreprises qui ont mis en place les OKR

Les entreprises suivantes ont mis en place les OKR :

  • Intel
  • Google
  • Digitaleo 
  • Aladom

Si vous aussi vous utilisez les OKR chez vous, dites le en commentaire et n’hésitez pas à partager votre expérience.

Pourquoi nous avons mis en place les OKR ?

Dans une start-up ou une scale-up tout va très vite. On a le nez dans le guidon et on peut se retrouver à aller dans toutes les directions. Nous cherchions donc une façon de s’assurer que les actions menées au quotidien nous permettaient d’avancer dans la bonne direction et de rester focus sur nos priorités.

C’est encore plus vrai dans le contexte actuel où le télétravail est de plus en plus présent. 

Le prérequis est donc de bien définir où nous souhaitons aller. Le simple fait d'écrire les objectifs qu’on se fixe augmente les chances de les atteindre. 

Un autre besoin auquel les OKR ont répondu est de pouvoir suivre l’avancement et de voir ce qui est accompli au fil du temps. Nous avions l’habitude de nous réunir tous une fois par trimestre et de passer en revu ce qui avait été fait par équipe. C’était un bon moyen de se synchroniser et de voir ce que les autres avaient accompli mais entre deux points trimestriels on manquait de visibilité.  

Conseils pour mettre en place les OKR

Fixer la bonne durée. 

Nous avons choisi de mettre en place des OKR sur un trimestre.

Une société qui se lance pourra mettre en place des objectifs sur un délai plus court : un mois par exemple. 

Mettre des objectifs ambitieux mais atteignables

L’idéal est de viser d’être à 80% de l’objectif qu’on a fixé. Au dessus on aura surperformé et en dessous on aura sous performé. L’objectif ambitieux permettra d’être tiré vers le haut et de rester motivé jusqu’à la fin du trimestre. Si on est à 100% de l’objectif rapidement, il n’y aura plus rien à faire ensuite.

Eviter les objectifs binaires

Le problème d’un objectif binaire (par exemple refaire le logo) est qu’on ne suit pas la progression et qu’on passe donc de 0 à 100%. Il est donc important de découper si possible l’OKR en étapes. Si on reprend l’exemple “refaire le logo”, on pourra découper en 10 tâches : faire un cahier des charges, organiser un brainstorming pour trouver des pistes, présenter 3 pistes créatives, faire une V2… On pourra ainsi suivre l’avancement et être à 50 % quand 5 tâches sur 10 auront été accomplies.   

Embarquer toute l’équipe. 

Il est important que toute l’équipe se sente concernée par les OKR et que ce ne soit pas uniquement dédié au management. Chez Google chaque salarié a ses OKR. 

Nous avons trouvé la solution chez Aladom pour que tout le monde ait au moins un OKR : Celui qui n’en a pas doit chanter une chanson ou raconter une blague lors du point hebdo. 

La dernière blague racontée : “Pourquoi les girafes ont un grand cou ? Parce qu'elles sentent des pieds.”

Analyser les résultats

A la fin de la période, il est important d'analyser ce qui s'est passé. Quels sont les OKR qui ont sous performé ou sur performé ? 

Si un OKR a sur performé, est ce qu'on a été trop peu ambitieux ?

Si un OKR à sous performé, est ce qu'on s'était fixé quelque chose d'inatteignable ?  

Cette analyse permettra de tirer des conclusions pour les OKR de la période suivante.

Quel outil pour gérer ses OKR ? 

Il n’est pas nécessaire d’avoir des outils compliqués pour gérer les OKR. Voici une liste de solution permettant de 

  • Google spreadsheet ou un tableau Excel peut permettre de suivre simplement ses OKR. C'est ce que nous avions mis en place pour commencer. Mais la solution était "peu sexy" et manquait de dynamisme.
  • Tability : créé par Sten, un français vivant en Australie, Tability est une solution simple et efficace pour suivre ses OKR. Nous avons retenu cette solution chez Aladom car Tability s’interface à Slack. 
  • Weekdone : basée en Estonie Weekdone est une solution lancée en 2012 pour suivre les OKR et a levé des fonds auprès de KIMA Ventures le fond d'investissement de Xavier Niel.
  • Profit.co
  • Gtmhub
  • Workteam

Exemples d’OKR

Voici quelques exemples d’OKR qui peuvent être mis en place : 

    • Commerce : 
      • Objectif : développer le chiffre d’affaires en augmentant les ventes et la rétention :
        • KR : Faire passer le panier moyen de 600 à 700€.
        • KR : réduire le churn de 10 à 5%
      • Objectif : Améliorer les process de vente 
        • KR : Réaliser 300 démo par commerciaux
        • KR : Contacter 33% des leads entrants par téléphone
    • Développement : 
      • Objectif : Améliorer la qualité des livraisons
        • KR : Réduire le nombre de bugs des release de 20 à 5
        • KR : Augmenter les tests unitaires du code de 30 à  50%
        • KR : faire passer le nombre de contributeurs aux tests de 1 à 3

Pour en savoir plus sur les OKR

Quelques livres :

  • Mesurez ce qui compte (titre original : Measure what matters) de John Doerr et Larry Page
  • Objectives + Key Results (OKR) Leadership; How to Apply Silicon Valley’s Secret Sauce to Your Career, Team or Organization, de Doug Gray

Quelques vidéo : 

  • Startup Lab workshop: How Google sets goals: OKRs 

  • TEDx : Why the secret to success is setting the right goals | John Doerr

Découvrir les offres pour les pros
Aladom

Professionnels du secteur

VISIBILITÉ, RÉFÉRENCEMENT, RECRUTEMENT,
DÉVELOPPEMENT CLIENTÈLE

découvrir les offres pour les pros
Commentaires
Il n'y a pas de commentaires pour le moment