Voici pour lui ce qu'il ne faut pas dire. Les pires introductions :

  • Vous dites : "Je suis brillant et ambitieux". L'investisseur pense : "Quel soulagement, d'habitude j'investis avec des idiots et des fainéants."
  • Vous dites : "J'ai une vision globale." L'investisseur pense : "Vous n'avez pas de business modèle et vous ne savez pas comment délivrer votre produit."
  • Vous dites : "Je ne connais pas trop votre société, mais j'ai pensé que je devais vous contacter." L'investisseur pense: "Espèce de crétin, pourquoi me fais tu perdre mon temps?"
  • Vous dites : "J'adore trouver de nouvelles façons de résoudre des problèmes." L'investisseur pense: "Est ce qu'on est en train de regarder un projet de collégien?" (les "science fair" n'existent pas en France. Aux US, on peut avoir un projet en Physique demandant à trouver un moyen de faire tomber un oeuf de 2 mètres de haut sans qu'il se casse).
  • Vous dites : "J'ai plein d'idées géniales, mais je ne sais pas laquelle choisir. Laissez moi vous en expliquer deux." L'investisseur pense: "Je veux savoir sur quelle idée vous allez vous démener pour réussir. Je ne veux pas savoir quelles idées ont traversé votre esprit."
  • Vous dites : "J'ai toujours voulu être un entrepreneur." L'investisseur pense: "J'ai toujours voulu devenir un golfeur professionnel. Qu'est ce que ça peut faire que vous ayez toujours voulu être entrepreneur?"
  • Vous dites : "Je suis sûr que vous avez connaissance du besoin croissant de sécurité.... (ou de Web 2.0, ou d'Open Source, ou de n'importe quoi d'autre)." L'investisseur pense : "Si vous pensez vraiment que je le sais, pourquoi me dites-vous que vous êtes sûr que je sais."
  • Vous dites : "Si vous signez un NDA (Non Disclosure Agreement), je vous dirai mon idée." L'investisseur pense : "Vous êtes nul. Comment cela se fait que vous ne savez pas qu'un VC ne signe pas de NDA?"
  • Vous dites : "La dernière fois que je vous ai contacté, vous m'avez dit..." L'investisseur pense : "Je vais virer ma secrétaire pour avoir pris un second rendez-vous avec ce clown."
  • Vous dites : "Mon but est de devenir leader mondial." L'investisseur pense : "Et si vous commenciez par faire vos premières ventes avant de parler de développement mondial?"
  • Voila selon Guy Kawasaki, ce qu'il ne faut pas dire. Et voici ce qu'il faut dire :

    "Voici ce que fait ma société..."

    "C'est aussi simple. Vous cherchez à ce que des investisseurs potentiels s'imagine comment votre produit ou vos services vont leur faire gagner un max d'argent. Ils ne peuvent pas fantasmer si il ne save pas ce que vous faites. Ils ne veulent pas devenir votre ami, votre mère ou votre psy avant d'avoir compris ce que vous faites. Allez à l'essentiel et expliquez ce que vous faites."

    Propos traduits depuis le site de Sun.

    Commentaires

    Il n'y a pas de commentaires pour le moment