En poursuivant votre navigation sur aladom.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur

OK En savoir plus

PLFSS 2018 : les administrateurs de la CNAF émettent un avis défavorable

/ / / PLFSS 2018 : les administrateurs de la CNAF émettent un avis défavorable

PLFSS 2018 : les administrateurs de la CNAF émettent un avis défavorable

Article publié le 13/10/2017 à 10:12

PLFSS 2018 : les administrateurs de la CNAF émettent un avis défavorable

La CNAF emet un avis défavorable au PLFSS 2018

Mercredi 04 octobre 2017, les administrateurs de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) ont émis un avis défavorable sur l’ensemble du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2018.

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2018

Mercredi 04 octobre 2017, les administrateurs de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) ont émis un avis défavorable sur l’ensemble du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (Plfss) 2018 par 13 voix pour (3 Upa, 3 Cgpme, 6 Medef, 1 Cnpl/Unapl), 17 voix contre (3 Cgt, 3 Cgt/Fo, 3 Cfdt, 2 Cfe/Cgc, 1 personne qualifiée, 5 Unaf), 1 abstention (1 personne qualifiée), 2 prises d’acte ( 2 Cftc).

Les organisations représentées a salué les mesures relatives à l'augmentation du complément mode de garde pour les familles monoparentales.

Mais la majorité desorganisation a globalement regretté les 500 millions d'euros d'économies qui sont prévues sur la branche Famille, et qui vont notamment exclure de nombreuses familles du droit à l'allocation de base de la prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE), en procédant à un alignement par le bas des barèmes de la PAJE et du complément familial.

Le conseil d'administration a par ailleurs rappelé son attachement au principe d'universalité des prestations familiales et à l'importance d'accompagner toutes les familles. Mardi dernier, lors des questions au gouvernement au Sénat, Agnès Buzyn était interrogée sur la remise en question de l'universalité des allocations familiales. Se disant "attachée" à la "fiscalité" de la politique familiale, la ministre a cependant estimé qu'il fallait "assumer un meilleur ciblage des aides monétaires" et donc de discuter d'une éventuelle suppression des allocations pour les plus riches afin de mieux redistribuer sur les familles dans le besoin. 

Partager sur les réseaux sociaux

© aladom.fr - tous droits réservés

Déposer un commentaire