Plus que 3 ans pour la mise en conformité

L'association des paralysés de France vient de publier sa quatrième édition du baromètre de l'accessibilité 2012. Un classement des 96 chefs-lieux départementaux selon leur degré d'accessibilité aux personnes handicapées. Rappelons que la loi « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées» est entrée en vigueur le 11 février 2005. Ce texte impose aux établissements ouverts au public et aux transports collectifs de se mettre en conformité avec les normes d'accessibilité avant le 1er janvier 2015. 

Malheureusement, le 12 septembre dernier, Marie-Arlette Carlotti, ministre chargée des personnes handicapées, déplorait le retard pris pour la mise en application de cette loi. Des objectifs intermédiaires devaient être fixés avant l'échéance de 2015. 

Nantes cède sa place de leader à Grenoble

De son côté, l'APF mesure l'avancement de mise en accessibilité de la France et notamment l'avancement des travaux d'aménagement des chefs-lieux départementaux. Pour l'année 2012, après avoir occupé la tête du classement 3 ans consécutifs, Nantes cède sa place à Grenoble. 

Globalement, l'APF se réjouit que la moyenne nationale, toutes villes confondues, prenne 1 point supplémentaire en passant de 12/20 en 2011 à 13,2/20 en 2012. Ce fait témoigne d'un effort des villes pour la mise aux normes en matière d'accessibilité. En 2012, 4 villes n'ont pas la moyenne, alors qu'elles étaient 15 l'année précédente. L'association pointe toutefois du doigt le retard pris par les grandes villes comme Marseille, Besançon, Dijon, Valence ou Bobigny. 

Toutes les villes ont une belle marge de manoeuvre

Le baromètre de l'APF n'a pas pour objectif de porter un jugement définitif, mais bien d'évaluer le degré d'implication des communes dans leur mise en accessibilité, de valoriser les bonnes pratiques des villes investies et de motiver les villes moins engagées à se mobiliser rapidement pour être totalement accessibles en 2015. Pour l'association, toutes les villes ont une marge de manoeuvre pour être premières ex aequo en 2015. 

Le baromètre s'appuie sur une méthodologie qui associe les réponses des délégations départementales APF et de leurs adhérents à celles des mairies. L'évaluation de l'accessibilité du cadre de vie de la ville revient aux délégations APF ; l'évaluation des équipements municipaux et la mesure de la politique municipale d'accessibilité reviennent aux chefs-lieux départementaux (résultats ensuite contrôlés par l'APF). 

La mise en oeuvre de la politique d'accessibilité doit permettre aux 10 millions de personnes en situation de handicap et leurs familles de circuler librement, comme tout un chacun.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment