Prévenir, soigner et demain, guérir ?

En octobre dernier, nous avons publié un article relatant les résultats étonnants de la transfusion de sang de souris jeunes vers des plus âgées pour « rajeunir » leurs cerveaux. L'étape suivante de ces recherches, menées par le professeur Villeda, devait être de répéter l'expérience sur des souris atteintes d'une dégénérescence proche de la maladie d'Alzheimer. Un espoir fondé pour la lutte contre cette maladie.

Toujours dans le cadre des recherches contre cette maladie dégénérative, Rhenovia Pharma, vient de mettre au point et faire breveter un patch électronique pour l'administration contrôlée des médicaments destinés aux personnes souffrant de maladies complexes du système nerveux central (SNC) dont fait partie Alzheimer. 

Un patch intelligent qui pense à tout

Rhenovia Pharma est un spécialiste de la biosimulation pour la recherche pharmaceutique. Ce sont les équipes du docteur Serge Bischoff, également PDG de la société, qui ont mis au point le patch. Il permet de maîtriser 24h/24h les quantités et les durées d'administration de sept médicaments différents. Un système d'électronique embarqué permet au médecin traitant de programmer la posologie adaptée à chaque patient. 

Le patch permet ainsi de contrôler la prise de plusieurs molécules en polythérapie pour le traitement de maladies de type Alzheimer. L'objectif de Rhenovia Pharma est de « reproduire les mécanismes cellulaires et moléculaires du cerveau indispensables à l'apprentissage, à la mémoire et à d'autres fonctions cérébrales susceptibles d'être détériorées par les maladies neurologiques » (Les Echos).

Sur le marché d'ici 3 à 4 ans...

L'entreprise travaille actuellement sur la miniaturisation de ces patchs pour une mise sur le marché d'ici 3 à 4 ans. En attendant, les médicaments anti-Alzheimer ne font pas encore l'unanimité, voire même, ils divisent le monde médical. Indispensables pour certains, inefficaces voire dangereux pour d'autres. A noter, au début de cette année 2013, une association de consommateurs américains a préconisé l'arrêt de ces traitements.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment