Au début de la semaine, l'exclusion d'une personne âgée et dépendante de sa maison de retraite a fait grand bruit. Et pour cause, qu'un établissement dont la vocation est l'accueil et le soin porté aux personnes fragiles puisse prendre une telle décision a secoué l'opinion. Ce fait divers qui a trouvé une conclusion heureuse a eu un effet positif, celui de poser la question du coût des maisons de retraite en France et de comparer ce coût au montant des pensions perçues par la majorité des anciens. 

Vivre en maison de retraite, serait-ce hors de portée ?

D'après les chiffres de l'INSEE, le montant mensuel moyen par retraité, tous régimes confondus se montait à 1.216 euros en 2010. Le coût moyen à la charge du résident en maison de retraite médicalisée tourne aujourd'hui autour de 2.200 euros. CQFD. Certes, des aides existent, mais en l'état, elles ne suffisent pas et quoiqu'il en soit une vraie question de société se pose à nous : quelle vie réservons-nous à ceux qui ont construit le monde dans lequel nous vivons ? 

On ne peut décemment pas raisonner uniquement en termes de coûts quand il est question d'êtres humains, et pourtant... Nos voisins allemands doivent faire face au vieillissement de leur population dans d'importantes proportions, puisque, contrairement à la France, ils ne font plus d'enfants. 

Le problème se pose aussi chez nos voisins allemands

Il semblerait que pour faire face à la prise en charge des anciens, toujours plus nombreux, nos voisins d'outre Rhin aient opté pour une « évacuation » du problème pour le moins surprenante : les allemands envoient leurs seniors passer leurs vieux jours à l'étranger. Comme le dirait feu le regretté Desproges : « etonish, nein ? » 

C'est le très sérieux Guardian, journal britannique, qui a révélé cette information dans ses pages du 26 décembre. L'article se fonde sur les travaux d'un centre de recherche en sociologie et politique allemand. Selon les chercheurs, les coûts élevés des maisons de retraite, la mauvaise qualité des soins et la difficulté des établissements à recruter du personnel conduisent les familles allemandes à chercher des solutions hors d'Allemagne. 

Alors papi, tu préfères quoi ? La Grèce ou l'Ukraine ?

Ainsi donc, ils envoient leurs aïeux vivre dans des maisons de retraite situées dans les pays de l'est ou encore en Asie. En tête du palmarès des pays qui ont la faveur des familles allemandes, on trouve la Hongrie, la Tchéquie et la Slovaquie. Viennent ensuite la Grèce, l'Espagne, l'Ukraine, la Thaïlande et les Philippines. Selon The Guardian, si beaucoup de personnes âgées choisissent leur expatriation, ils seraient tout aussi nombreux à subir le choix de leur famille. 

Aujourd'hui, l'office central des statistiques allemand estime que 400.000 seniors seraient dans l'incapacité de faire face aux coûts d'une maison de retraite et que ce groupe de personne augmenterait de 5% par an. A titre comparatif, l'hébergement dans un établissement allemand coûte en moyenne entre 2.900 et 3.400 euros par mois. 

Un exil qui pourrait être institutionnalisé...

Ce qui laisse dubitatif, c'est que la caisse nationale de retraite d'Allemagne étudie sérieusement d'institutionnaliser cet exil des personnes âgées, notamment celles en perte d'autonomie, comme une solution viable au problème du coût de la prise en charge. Il s'agit là d'une situation démographique très problématique et nécessitant une réponse urgente. L'Union européenne pourrait même lever le blocage actuel pour que des accords soient passés avec des maisons de retraite situées en dehors de l'Union. 

Un article publié en avril 2012 dans le magazine Challenges annonçait que les français partis vivre leur retraite à l'étranger seraient déjà près d'un million, un nombre en constante augmentation. Il s'agit d'initiatives individuelles et de départs volontaires.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment