Les faits remontent au mois de mai 2010. Une habitante de Nancy confie sa petite fille âgée de 18 mois à sa voisine de palier pour se rendre d'urgence à l'hôpital en raison d'un problème de santé. Celle-ci accepte de garder l'enfant en précisant toutefois qu'elle veut être rémunérée en retour. 

L'enfant restituée à sa maman, la voisine laisse passer un peu de temps, puis, sans nouvelle, elle finit par lui adresser une facture de 50 euros pour la garde. La facture n'est pas honorée. La voisine décide alors de se tourner vers la Justice et porte l'affaire devant le conseil des Prud'hommes, considérant que son affaire relève du droit du travail. 

Au total, la voisine peu scrupuleuse exige le versement du salaire dû pour les 10 heures de garde et en plus, elle réclame des dommages intérêts pour rupture d'un supposé contrat de travail, le tout pour la coquette somme de 1.532 euros. 

Malheureusement pour elle, le conseil prud'homal a réfuté l'existence d'une relation de travail entre les deux femmes. La nounou vindicative a donc été intégralement déboutée de ses demandes. Mais les choses n'en sont pas restées là. 

De son côté, sans doute surprise et peut être choquée par le comportement de sa voisine, la mère de la petite fille a contre attaqué en portant plainte pour procédure abusive. Même si elle n'a pas obtenu les 2.000 euros réclamés par son avocat, elle a tout de même gagné sa procédure et la nounou de fortune a dû lui verser 150 euros de dommages et intérêts.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment