Aujourd'hui la France ne compte que 2% de produits bio dans les écoles. Malgré les initiatives pionnières de certaines régions (Bretagne, Rhônes-Alpes, Ile de France) le passage à la cantine bio est encore bien faible et peine à convaincre. L'association WWF lance pour la deuxième année un appel à la mobilisation de décembre 2010 à juin 2011.

Les a priori du Bio ont la dent dure

Les repas bio en restauration collective connaissent une véritable montée en puissance mais dans le cadre de la restauration scolaire cela peine un peu à se mettre vraiment en place. Passer à une cuisine totalement bio demande un réel changement de l'organisation comme dans l'approvisionnement, les préparations ou encore la distribution.

Et pourtant le jeu en vaut la chandelle puisqu'une étude montre aujourd'hui que plus de la moitié des collégiens ont encore faim lorsqu'ils sortent du réfectoire et déclarent ne pas trouver bon ce qu'ils mangent. L'enquête montre que les plats préparés sur place sont plus largement plébiscités que ceux directement livrés d'une cuisine centrale.

Le bio fait surtout peur en raison de son coût plus élevé par rapport à une alimentation classique. Mais il faut savoir que le surcoût est seulement de 10 à 15% et que ce sont les mairies qui le prennent en charge. La différence de prix s'explique par la plus grande main d'oeuvre que nécessite le bio pour un rendement plus faible à l'hectare. C'est surtout la viande qui revient cher mais il faut pouvoir faire preuve d'imagination et surtout développer les partenariats et fédérer. L'exemple de la ville de Lons-le-Saunier  le prouve : la ville achète des vaches montbéliardes vivantes et s'occupent de les mener à l'abattoir et les légumes bio sont fournis grâce à des aides apportées à un agriculteur local.

L'objectif est donc de raccourcir les circuits de distributions ; car manger bio ne veut pas seulement dire manger bien mais c'est aussi écologiquement parlant en travaillant avec des produits locaux et de saisons.

Du bio dans les cantines c'est possible !

Aujourd'hui avec seulement 2% de bio dans les écoles, le WWF de France veut réussir à sensibiliser les élus afin de rattraper cet immense retard. C'est pourquoi pour la deuxième année consécutive il lance une campagne " Oui au Bio dans ma cantine !". Il s'agit de donner aux décideurs des solutions concrètes et simples pour les aider à s'investir pleinement dans le bio à l'école. Depuis décembre et jusqu'à juin 2011, plusieurs événements festifs mais aussi des actions citoyennes sont au programme comme des lettres ouvertes aux élus ou encore des actions culinaires dans les villes et les établissements scolaires.

De multiples stages sont ouverts aux représentants des écoles afin d'introduire le bio dans les restaurants scolaires. La formation s'axe sur différentes questions :

  • Qu'est-ce qu'un aliment bio?
  • Comment établir et réaliser un menu bio et équilibré sans augmenter le prix du repas ?

Ces formations semblent indispensables pour que les décideurs se rendent compte concrètement que le bio permet de lutter activement contre l'obésité, le diabète et les maladies cardio-vasculaires. C'est aussi se rendre compte que les produits bio sont riches de leurs bienfaits diététiques et de leur traçabilité.

Reste le problème d'approvisionnement ; il est vrai qu'il est plus simple de faire du bio à Lorient qu'à Paris "puisqu'il n'y a pas actuellement de mesures suffisamment pour que la production conventionnelle se tourne vers le biologique", considère Eric Grunewald, de la Fédération Nationale d'agriculture biologique.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment