C'est sur le net qu'a commencé ce qui au départ n'a été considéré que comme une rumeur. De nombreux forums féminins et blogs ont explosé devant l'inquiétude naissante de la gente féminine. Info ou intox, telle est la question !

Aluminium et rasage ne font pas bon ménage

Les sels d'aluminium chlorhydrates que l'on trouve dans les déodorants permettent à ces derniers d'être efficaces le plus longtemps possible et l'on en trouve dans la majorité des produits.

Les rumeurs ont commencé lorsque certains chercheurs ont trouvé dans des échantillons de cancer du sein des traces d'aluminium. Ils ont ainsi soupçonné une activité hormonale et présumé d'une augmentation des risques de cancer.

C'est associé au rasage des aisselles que l'aluminium serait le plus nocif. Le docteur Gabriel André, en 2003, a rendu une étude faisant état de cette probabilité d'une augmentation du cancer du sein chez des personnes utilisant conjointement le rasage et la pose d'un anti-transpirant. Le rasage provoque des micro coupures qui permettraient à des micro particules d'aluminium de s'introduire dans l'organisme. Sur 437 femmes atteintes du cancer, l'âge moyen de la déclaration de la maladie était de 67 ans chez des sujets n'ayant jamais utilisé ni rasage ni anti-transpirant. Il était de 59 ans chez les femmes utilisant les deux pratiques soit 8 ans plus tôt.

De nombreux messages passent de boîtes mail en boîtes mail afin d'avertir les consommateurs et les inciter à stopper leur utilisation d'anti-transpirant en se faisant les censeurs des sels d'aluminium. Les industries de cosmétiques affichent sur leurs produits l'absence d'aluminium. Mais que faut-il en penser vraiment ?

Aucune preuve tangible

Bien que certains médecins et chercheurs aient constaté que le cancer du sein se développait énormément dans le quadrant supéro-externe (région de l'aisselle), aucune étude fondée ne permet de justifier la mise en cause des anti-transpirants dans l'augmentation des risques de cancer du sein.

Cependant les experts s'accordent à dire qu'il manque une étude sérieuse et complète qui exclurait totalement le risque de facteurs aggravants. Il faudrait pour cela établir des tests sur plusieurs milliers de femmes et sur plusieurs dizaines d'années.

On constate aussi que le rasage n'est pas un lien possible. Au Moyen-Orient, les femmes ne se rasent pas mais s'épilent et le nombre de cancer du sein n'est pas moins faible !

Principe de précaution

Pour celles qui resteraient perplexes devant cette absence de preuves scientifiques, il existe plusieurs solutions qui n'utilisent pas de sels d'aluminium :

  • l'épilation définitive au laser
  • la pierre d'alun qui à la particularité d'allier économie et écologie ! Il faut compter une pierre de 60g  contre 12 déodorants dans l'année ;
  • les déodorants sans aluminiums. Plusieurs marques biologiques en proposent en pharmacie. Compter environ 7€ pour 100ml.

Enfin il faut savoir que le cancer du sein peut survenir malgré toutes ces précautions et que le meilleur moyen de lutter passe par le dépistage précoce et systématique à partir de 40 ans. Et c'est sur cette prévention absolue qu'il faut insister, non sur des rumeurs mal fondées!

Plus d'information sur le cancer du sein sur ce site.

 

 

Commentaires

ce qui est sûr en tout cas c'est que l'aluminium il y en a partout, et qu'on peut pas y faire grand chose car même pour éclaircir l'eau, on met de l'aluminium à l'intérieur. il y a malheureusement d'innombrables produits particulièrement nocif pour l'organisme, mais entre les lobbyistes et l'État c'est une histoire d'amour, donc tant qu'il n'y aura pas de cas graves reconnu, ces produits ne seront pas retirés.