Un enseignement pluri-disciplinaire

Selon le ministre, l'enseignement ainsi présenté pourra prendre différentes formes :

  • En intervenant dans les nouveaux "enseignements" apportés par la réforme du lycée (enseignements d'exploration et accompagnement personnalisé)
  • En intervenant "de manière ciblée dans d'autre disciplines", c'est à dire en apportant un éclairage philosophique sur d'autres matières comme la physique-chimie.

Les professeurs de philosophie pourraient également enseigner l'éducation civique, juridique et sociale (ECJS) jusqu'alors réservée aux professeurs d'histoire-géographie.

Des philosophes contre

S'ils ne sont pas diamétralement opposés à cette réforme , un grand nombre des professeurs et philosophes trouvent ce projet un peu flou. Certains comme Bernard-Henri Lévy estimant que la philosophie "suppose un apprentissage", et qu'elle ne pouvait être réduite à des sujets de société. Pour l'Association des Professeurs de Philosophie de l'Enseignement Public (APPEP), l'effectif actuel de professeurs de philosophie pourrait poser un problème.

Si cette évolution se veut nationale, il s'agit avant tout d'une expérimentation basée sur le volontariat des lycées.

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment