Vivago est doté de trois capteurs ayant pour but d'enregistrer les paramètres vitaux de la personne âgée, et ce durant 24 heures sur 24. En parallèle, un procédé de type ”borne-relais” permet la transmission des données à un ordinateur chargé de leur analyse, et qui éventuellement lancera le signal d'alerte.

Une traçabilité des données vitales

Pour en arriver là, le système étudie d'abord le rythme de vie quotidien de chaque utilisateur et certaines données telles que la température corporelle. Cet examen effectué au moyen de capteurs et d'algorithmes se déroule sur une période de référence de quatre jours. Une fois sauvegardé, il affiche le profil de l'aîné.

La montre permet de sonder jusqu'aux micro-mouvements du corps, étant de ce fait la seule à être capable d'amorcer l'alarme de façon automatique, et ce, sans appareil supplémentaire. En outre, Vivago stocke les informations liée à l'activité physiologique de l'individu. Ce suivi des éléments essentiels facilite la prise en charge médicale du patient.

Un gadget multi-fonctions

Vivago rencontre actuellement un joli succès dans les établissements spécialisés, car il permet de remplacer plusieurs outils. En effet, la montre sert également d'appel infirmière, de bracelet anti-fugue, d'alarme automatique... Il est ainsi l'instrument complémentaire idéal de la surveillance en maison de retraite.

Commentaires

C'est très pratique !
En revanche, on se retrouve plutôt démuni face aux difficultés de mise en place ou de suivi, et on ne peut pas compter sur l'expérience ou le partage d'expériences de la société Vivago : les montres se perdent, sont difficiles à identifier, et très difficile à retrouver car la localisation est trop large, le cout est exorbitant face aux concurrents, les coeurs se révèle très fragiles et s'usent vite, quand on fonctionnement, il est parfois approximatif. Le concept est pratique et très intéressant, mais ce ne suit pas au niveau Vivago.