Après la mésaventure subie il y a quelques semaines par une jeune Croate, c'est au tour de Kay Russell, une Britannique originaire du comté de Gloucestershire, de connaître le même sort. Dans le quotidien The Guardian, elle a raconté cette expérience peu commune ayant bouleversé son existence.

Amis décontenancés et perte d'emploi

Un matin de janvier 2010, celle qui n'a traversé la Manche qu'à deux reprises s'est mise à parler anglais avec une tonalité française. Souffrant à l'époque de migraine, la lady agée de 49 ans avait alors consulté des médecins, dont le diagnostic correspondait au syndrome de l'accent étranger. Une affection rarissime survenant après de graves lésions au cerveau...

Anéantie par la nouvelle, Kay Russell a depuis avoué ne plus avoir confiance en elle. "J'ai l'impression d'apparaître comme une personne différente", déclare l'ancienne cadre commerciale, en référence notamment à ses amis qui ne la reconnaissent plus au téléphone. Elle a même dû abandonner son travail suite à cet incident.

Du comté de Devon à Pékin...

Depuis les années 1940, seule une soixantaine de cas de syndrome de l'accent étranger ont été décelés dans le monde. Les Anglaises ne sont décidément pas vernies puisque le dernier exemple recensé concernait une autre ressortissante de la Perfide Albion. Au mois d'avril, Sarah Colwill (Plymouth), migraineuse elle aussi, s'était ainsi réveillée... avec l'accent chinois.

Commentaires

C'est un drôle de syndrome! J'ai entendu cette personne parler sur une vidéo et je n'ai pas vraiment trouvé qu'elle avait un accent Français...mais bon. Elle n'a plus qu'a apprendre le Français maintenant.