...et selon Paul Kirschner, le constat est implacable : sur les 219 personnes (âgées entre 19 et 54 ans) sondées, celles ayant un compte sur le célèbre site auraient obtenu des notes d'examens bien inférieures aux non-inscrites. De l'ordre de 20 %, autrement dit un gouffre !

Cumuler les activités, c'est mal

Le spécialiste en psychologie pointe ainsi du doigt l'usage intempestif des réseaux sociaux, e-mails et messageries instantanées lorsque l'élève travaille sur son ordinateur. Il déclare : "Basculer en permanence d'une tâche à l'autre augmente le temps nécessaire pour les terminer", en sus d'erreurs multipliées.

Détail intéressant : les trois-quarts des étudiants "facebookiens" observés par le chercheur étaient persuadés que leur présence sur le site n'allait en rien diminuer leurs compétences au moment des tests fatidiques. L'histoire ne dit pas si ces cancres modernes vont désormais supprimer leur profil sur le Web.

Vive Internet !

Cette enquête sur les ravages de Facebook vient en tout cas s'ajouter à celles menées sur la propension à faire plusieurs choses en même temps sur le Net, et à propos de Google. Dans tous les cas de figure, les capacités intellectuelles des internautes déclinent. Ce qui laisse évidemment songeur...

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour le moment